Accueil Végétaux

Utilisation et échanges de céréales s’intensifient

La Fao a mis à jour, ce 3 février, ses prévisions concernant la production mondiale de céréales en 2021, qui s’établissent à présent à 2.793 millions de tonnes, soit une hausse de 0,8 % par rapport à l’année précédente.

Temps de lecture : 2 min

La production mondiale de blé en 2021 devrait être équivalente à celle de 2020, tandis que la production de céréales secondaires devrait croître de 1,3 % et celle de riz de 0,7 %, selon le dernier Bulletin de la Fao sur l’offre et la demande de céréales, publié début février.

Baisse du rapport stocks/utilisation

Pour 2022, ledit Bulletin prévoit une expansion des superficies emblavées au niveau mondial, sous l’effet de conditions météorologiques en grande partie favorables dans l’hémisphère Nord, bien que les prix élevés des intrants puissent empêcher une expansion plus importante. Les perspectives concernant le maïs sont solides, les prix élevés indiquant une superficie plantée record en Argentine et au Brésil.

L’utilisation mondiale de céréales en 2021-2022 devrait augmenter de 1,6 %, ce qui entraînerait une baisse du rapport stocks/utilisation de céréales au niveau mondial, qui s’établirait à 28,7 %, un niveau en légère baisse par rapport à l’année précédente, mais satisfaisant du point de vue historique.

Les dernières prévisions concernant les échanges mondiaux de céréales en 2021-2022 s’établissent à 481 millions de tonnes, soit 0,4 % de plus que lors de la campagne de commercialisation précédente et un niveau record. Cette hausse s’explique par l’augmentation prévue de 2,0 % des échanges mondiaux de blé et de près de 4,0 % du volume des échanges mondiaux de riz, qui devrait plus que compenser la contraction de 1,5 % prévue pour les céréales secondaires.

A lire aussi en Végétaux

«Notre travail consiste à maintenir la rentabilité de la culture de la pomme de terre»

pommes de terre À la tête de Belgapom depuis maintenant deux ans, Christophe Vermeulen n’a pas connu des débuts tranquilles. Les crises se succèdent, en effet, depuis l’entame de son mandat. D’une part, en 2020, la pandémie a fortement influencé les prix de vente des précieux tubercules stockés. D’autre part, la filière a dû faire face à des conditions météorologiques opposées, passant d’une pluviométrie excessive en 2021 à la sécheresse de l’été 2022. S’y ajoute la hausse continue des coûts de production…
Voir plus d'articles