Accueil Ovins, caprins

Des coûts de production élevés dans la filière caprine belge

Dans l’édition du 24 mars dernier, nous évoquions la filière caprine, en plein essor dans notre pays.

Temps de lecture : 2 min

Il faut savoir que le lait de chèvre, dont la production belge n’a cessé d’augmenter ces 10 dernières années, est payé nettement plus cher que le lait de vache, soit de l’ordre de 0,70 € à 0,75€/l en conventionnel par les laiteries (bien que le prix sur le marché belge soit non référencé). Toutefois, ce prix, relativement stable depuis 2021, permet difficilement de couvrir les coûts de production actuels, mettant la situation économique des exploitations laitières caprines sous tension.

Dégager un revenu suffisants pour les éleveurs

Cette situation de tension est également perceptible dans les pays voisins, bien que le prix du lait y soit supérieur (prix moyen du lait de chèvre en France sur la période novembre 2020 – octobre 2021 : 0,788€/l). Fin février, la Fédération Nationale des Éleveurs de Chèvres (Fnec, France) demandait, dans la dynamique de la loi Egalim 2, un prix objectif de 840 €/1.000l afin de dégager un revenu suffisant pour les éleveurs, les coûts de production ayant augmenté de 60€/1.000l entre novembre 2020 et octobre 2021.

De son côté, l’Institut de l’Élevage (Fr) estime le coût de production moyen pour 2021 à 1.014€/1.000l, ce qui aurait nécessité de payer le lait au producteur à 0,85 €/ litre en conventionnel afin que celui-ci soit payé au « prix juste de revient » (pour dégager une rémunération de 2 SMIC par unité de main-d’œuvre). Ce prix juste de 0,85€/l ne tient pas compte de l’actuelle flambée des coûts de production.

En Wallonie, si la majorité des exploitations caprines sont des producteurs-transformateurs, la filière laitière caprine « livreuse » détient environ 70 % du cheptel caprin. La typologie de ces 2 types d’exploitation est très différente. Alors que les exploitations caprines en transformation fromagère sont constituées d’un cheptel d’environ 50 chèvres de plus de 6 mois, les exploitations laitières livreuses détiennent en moyenne un cheptel d’environ 760 chèvres de plus de 6 mois.

D’après Christel Daniaux

Collège des Producteurs

A lire aussi en Ovins, caprins

Voir plus d'articles