Accueil Economie

Développement rural : efficacité du programme Leader face aux enjeux économiques

Le programme européen Leader a montré une plus grande efficacité à mettre en place des projets visant au développement économique des territoires que ceux visant le développement social.

Temps de lecture : 3 min

C’est ce que révèle une étude commandée par la commission européenne évaluant l’impact de ce programme sur le développement équilibré des zones rurales.

Au cours de la période de programmation 2014-2020, le programme Leader (approche de développement local qui associe les acteurs locaux au développement de leurs zones rurales) a démontré son efficacité pour développer des solutions spécifiques et adaptées à l’échelle régionale et locale en créant et en maintenant des emplois ainsi qu’en modernisant les entreprises, souligne une étude commandée par la commission européenne, dont l’objectif était d’analyser les performances de Leader à travers les 28 États membres.

Malgré une faible proportion des fonds Feader (Fonds européen agricole pour le développement rural) de la PAC qui lui étaient alloués – environ 7 % soit 7,01 Mrds € sur la période (jusqu’en 2021, 49 % de ce montant avaient été dépensés au sein des 28 États Membres) – pour établir 2 784 Groupes d’action locale (les GAL couvrent 61 % de la population rurale de l’UE et réunissent des acteurs publics et privés et de la société civile), Leader a ainsi permis de financer des activités et des projets pertinents créant des liens entre les secteurs économiques et les groupes sociaux clefs.

Inclusion sociale et environnement

L’approche Leader est également apparue efficace mais avec un impact plus limité sur la résolution des problématiques d’inclusion sociale, dû à des niveaux de ciblage et de réalisation variant fortement à travers l’UE. Par exemple, les enquêtes auprès des autorités de Gestion et des GAL ont montré une efficacité variable dans la réduction des disparités entre les sexes ou dans l’augmentation de la cohésion sociale. En revanche, Leader ne serait pas le bon outil pour répondre à la problématique de la pauvreté rurale d’après les résultats finaux de ces mêmes enquêtes.

En matière d’amélioration de l’environnement, de développement du capital environnemental ou de promotion de l’action pour le climat, la performance de Leader n’est pas non plus au rendez-vous. D’après l’étude, la petite échelle de Leader et son mode de fonctionnement le rendent souvent inadapté au soutien d’infrastructures rurales (complexes et coûteuses) indispensables pour répondre efficacement à ces enjeux.

Pour pallier ces faiblesses, l’étude recommande de mettre l’accent sur l’amélioration des formes d’échanges de connaissances, entre toutes les parties du système de gouvernance. Les règlements de mise en œuvre des plans stratégiques de la PAC devraient, par exemple, exiger un dialogue entre les GAL actuels et les États membres afin de s’assurer que ces plans tirent les leçons de l’expérience Leader sur 2014-2020.

A lire aussi en Economie

Coqs de cristal : sous le signe du talent et de la passion

Economie Joie, timidité, habitués, première fois. Le Libramont Exhibition & Congres a pétillé au gré des histoires des producteurs primés pour leur inventivité et leur originalité qui font la fierté du terroir wallon. Et ce, depuis 28 ans déjà…
Voir plus d'articles