Surveiller la faune sauvage, pour protéger nos élevages

Surveiller la faune sauvage, pour protéger nos élevages
J.V.

En Wallonie, la faune sauvage (cerfs et chevreuils, sangliers, renards…) fait l’objet d’une surveillance poussée et ce, pour trois raisons. Premièrement, dans le but de détecter l’apparition de nouvelles maladies et, le cas échéant, d’envisager une lutte précoce. Deuxièmement, en vue de déterminer l’importance réelle des maladies présentes et suivre leur évolution afin de proposer ou non des plans de lutte. Et, troisièmement, afin de fournir diverses données permettant de réaliser des études ciblées.

...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct