«Trop de salons agricoles en 2021!»

Johan Colpaert (à droite), président de Fedagrim,  accompagné de Stefaan Forret, président d’Agribex
Johan Colpaert (à droite), président de Fedagrim, accompagné de Stefaan Forret, président d’Agribex - J.V.

En raison de la crise sanitaire, le calendrier 2021 des salons agricoles est relativement chargé. L’année débutera avec deux salons à Bologne (EIMA) et Paris (SIMA). L’été laissera place à la Foire de Libramont en juillet et aux Werktuigendagen avec de nombreuses manifestations sur le terrain en septembre. Agritechica, la plus grande foire de mécanisation au monde, aura quant à elle lieu du 14 au 20 novembre 2021 à Hanovre. Ensuite, ce sera au tour du salon Interpom de prendre ses quartiers à Courtrai du 28 au 30 novembre avec environ 325 exposants et quelque 20.000 visiteurs. Interpom est normalement organisée tous les deux ans mais, suite à son report, est maintenant prévue en 2021 et 2022.

Impossible pour des raisons pratiques et budgétaires

Agribex aura lieu immédiatement après Interpom et se tiendra du 7 au 12 décembre. Le salon est géré par Fedagrim qui réunit le monde de la machinerie belge. Son président, Johan Colpaert, estime qu’Interpom aurait dû davantage réfléchir aux conséquences du déplacement de la foire. « Ils auraient pu résister un an et organiser la foire 2022. Nous devrons commencer à monter notre foire alors qu’Interpom sera encore en cours. Ça ne sera pas possible. Beaucoup d’entreprises choisiront de ne faire qu’une des deux grandes foires belges pour des raisons pratiques mais aussi budgétaires. Ils pourraient même se limiter à Agritechnica. Une saison de foires aussi chargée n’est bonne pour personne ».

Selon le président de Fedagrim, le secteur du machinisme estime qu’il y a trop de foires commerciales. « La crise du coronavirus était une occasion de se consolider mais, pour l’instant, les foires font des choix pour elles-mêmes. Nous ne devons pas sous-estimer le temps et l’argent qu’il faut aux entreprises pour participer à des foires commerciales ».

Il ajoute que la crise a également montré aux entreprises que l’importance des foires commerciales n’est pas aussi grande qu’on le pensait. En effet, Johan Colpaert possède et gère une entreprise de construction de bâtiments agricoles, Altez : « Je constate que cette année, sans les foires, j’ai autant d’adresses que les années normales avec foires. Nous avons fait moins de marketing et d’une manière différente. Bien sûr, nous ne pouvons pas savoir si nous aurions eu autant de nouveaux clients si nos concurrents avaient participé à des foires ».

«Les salons ont très certainement une valeur ajoutée mais leur nombre ne doit pas être excessif», pense Johan Colpaert. « Côté salons, l’année 2021 sera inabordable pour les entreprises. Agribex pourrait-elle également envisager de la reporter d’un an ? Nous pouvons y réfléchir mais Interpom a perturbé l’agenda de manière unilatérale. De plus, si nous reportons le salon en décembre 2022, nous aurons à nouveau lieu en même temps qu’Interpom et en janvier 2023 nous passerons avant Agriflanders ».

D’après Jan Cees Bron