Au Sima Innovation Awards: pour des élevages économes en temps et énergie

L’Aura est le premier robot d’alimentation mis sur le marché à embarquer un module de désilage.
L’Aura est le premier robot d’alimentation mis sur le marché à embarquer un module de désilage.

Gagner du temps préoccupe de nombreux agriculteurs, notamment en raison de la diversité d’activités exercées mais aussi afin de mieux conjuguer vie professionnelle et vie privée. Deux innovations primées au Sima Innovation Awards ont été conçues en vue, notamment, de répondre à cette problématique. La troisième, elle, vise l’efficacité énergétique.

Une mélangeuse automotrice autonome

La médaille d’or a été remportée par Kuhn pour l’Aura, sa mélangeuse automotrice autonome.

Depuis plusieurs années, certains éleveurs choisissent d’automatiser l’alimentation de leurs troupeaux afin, d’une part, de se libérer du temps et, d’autre part, de bénéficier des avantages de la multidistribution journalière que procurent les robots. Avec l’Aura, le constructeur dévoile une nouvelle solution en la matière, 100 % autonome du silo à l’auge.

Cette mélangeuse automotrice de nouvelle génération embarque un module de désilage, à l’instar des machines conventionnelles. Cette fonction, jusqu’ici inédite sur un robot d’alimentation, ouvre de nouvelles perspectives aux éleveurs et réduit considérablement les contraintes et les freins actuels à l’automatisation de l’alimentation dans les élevages, selon la marque. En pratique, le robot assure les fonctions de chargement des fourrages et composants de la ration, de gestion des données de pesée, de mélange, de distribution et de repousse fourrages. Contrairement aux modèles actuellement commercialisés, aucune cuisine n’est nécessaire.

Des panneaux solaires thermovoltaïques adaptés au séchage en grange

Les panneaux solaires Cogen’Air thermovoltaïques développés par la société Base s’emparent d’une médaille d’argent . Ceux-ci équipent les séchoirs commercialisés par le constructeur et produisent à la fois de l’électricité et de la chaleur.

Selon Base, cette technologie s’adapte particulièrement aux séchoirs en grange car elle permet de réchauffer l’air extérieur avant de l’insuffler sous le fourrage. L’air insufflé peut ainsi gagner 5 à 15ºC supplémentaires par rapport à la température de l’air extérieur. « Au moindre rayon de soleil, les panneaux montent très rapidement en température. L’air se réchauffe et s’assèche, augmentant considérablement sa capacité évaporatoire. Le séchage est par conséquent plus rapide », explique la société.

Les panneaux Cogen’Air produisent à la fois de l’électricité et de la chaleur.  Ils sont particulièrement bien adaptés aux séchoirs en grange.
Les panneaux Cogen’Air produisent à la fois de l’électricité et de la chaleur. Ils sont particulièrement bien adaptés aux séchoirs en grange.

La production électrique peut, quant à elle, être revendue sur le réseau afin d’assurer un revenu annuel supplémentaire à l’éleveur, ou être consommé sur place.

Une benne « 2 en 1 », pour produits solides et liquides

Enfin, la médaille de bronze a été remportée par Deguillaume, pour sa benne Fusion.

Pour son développement, le constructeur est parti du constat que la montée en puissance de la méthanisation crée de nouveaux besoins en matière de transport chez les agriculteurs et entrepreneurs. Ils doivent acheminer la matière organique, solide et/ou liquide, au méthaniseur et transporter le digestat pour son épandage. Cela implique un besoin de transport conséquent de matières liquides et solides.

Deguillaume a conçu la benne 2 en 1 « Fusion » pour le transport des matières liquides et solides et, surtout, éviter d’investir dans deux remorques de transport (benne et cuve de transport). La Fusion permet d’éviter les transports à vide et la perte de temps : le chauffeur alimente le méthaniseur avec de la matière organique et repart avec un chargement de digestat.

La benne « Fusion » permet d’éviter les transports à vide entre la ferme et le méthaniseur.  À l’aller, le chauffeur transporte les matières organiques ; au retour,  il repart avec un chargement de digestat liquide.
La benne « Fusion » permet d’éviter les transports à vide entre la ferme et le méthaniseur. À l’aller, le chauffeur transporte les matières organiques ; au retour, il repart avec un chargement de digestat liquide.

Pour ce faire, la benne est équipée d’un double fond étanche et de séparations transversales ajourées qui se déploient afin de permettre le transport de matières liquides en toute sécurité. « Les séparations évitent les phénomènes de roulis et confèrent une stabilité sur route à vitesse élevée, en cas de freinage ou de virage », explique le constructeur. Question capacité, la benne peut embarquer 56 m³ de matière solide ou 21 m³ de matière liquide.