La teneur en mycotoxines dans la récolte de maïs 2021 est faible

Tout comme en 2020, aucun résultat n'a dépassé la teneur maximale recommandée pour les différentes mycotoxines analysées. De nombreux résultats étaient même inférieurs à la limite de détection.
Tout comme en 2020, aucun résultat n'a dépassé la teneur maximale recommandée pour les différentes mycotoxines analysées. De nombreux résultats étaient même inférieurs à la limite de détection. - T.D.

Depuis plusieurs années, Fegra réalise en collaboration avec BFA, un monitoring ciblé sur les mycotoxines en maïs. Les mycotoxines sont des toxines naturelles, déjà présentes avant la récolte, produites par des moisissures. Ils se développent au champ sur la plante et également après la récolte pendant la période de stockage. En raison de leur présence naturelle, les fédérations accordent une attention particulière au niveau de leurs plans d’échantillonnage en ce qui concerne la présence de mycotoxines.

L’objectif est de collecter des données et de mettre les résultats d’analyse à la disposition des utilisateurs de maïs dès que possible après la récolte. Le rapport pour la récolte 2021 est basé sur 204 échantillons. Les résultats de l’analyse montrent un niveau de contamination globalement faible. Sur les 204 échantillons, 142 provenaient de France, 34 de Belgique, 8 d’Allemagne, 8 d’Ukraine, 5 des Pays-Bas, 1 de Pologne ; 6 échantillons de maïs étaient d’origine inconnue.

Tout comme en 2020, aucun résultat n’a dépassé la teneur maximale recommandée pour les différentes mycotoxines analysées. De nombreux résultats étaient même inférieurs à la limite de détection. Le nombre de résultats inférieurs aux limites de détection respectives est le suivant : 53/117 pour le déoxynivalénol (300 ppb), 64/119 pour la zéaralénone (50 ppb), 19/28 pour la fumonisine B1 (25 ppb), 24/28 pour la fumonisine B2 (25 ppb), 45/51 pour la HT-2 (5 ppb), 49/51 pour la T-2 (5 ppb) et 153/154 pour l’aflatoxine B1 (1 ppb).

Bien que le niveau de contamination détecté soit faible, une certaine vigilance s’impose. Pour les analyses effectuées immédiatement après la récolte (Early Warning), il faut également tenir compte d’une éventuelle contamination pendant la période de stockage. Il reste important d’appliquer de bonnes pratiques de stockage, notamment un refroidissement et une ventilation suffisants après le séchage.