Accueil Potager

L’artichaut, à installer dans la partie décorative du jardin

L’artichaut est une plante qui peut rester en place plusieurs années de suite. Dans nos conditions belges, nous pouvons le tenir environ 3 ou 4 ans pour autant que nous en protégions le cœur des gelées.

Temps de lecture : 5 min

La plante a un aspect qui rappelle celui du cardon (voir le SB du 4 novembre 2021). Ces deux plantes ont des tailles comparables de près de 2 m de hauteur et une occupation d’un mètre carré au sol. Cynara cardunculus scolymus est de la même espèce que le cardon (Cynara cardunculus cardunculus), ce sont deux sous-espèces de la même espèce.

L’artichaut est moins rustique que le cardon. Nous le plantons dans des endroits protégés des grands froids hivernaux.

La plante restant sur place durant l’hiver, il est préférable de l’installer sur une partie du jardin qui ne risque pas d’être gorgée d’eau durant de longues périodes durant l’hiver. En situations humides, nous pouvons améliorer le drainage naturel en aménageant un petit dôme sur lequel nous plantons l’artichaut.

Plusieurs années au même endroit

L’artichaut peut rester plusieurs années à la même place, comptons sur une période l’ordre de 3 ans à 4 ans. Ensuite, cet emplacement ne sera plus occupé par un artichaut avant plusieurs années, au moins 4 ou 5 ans.

Le sol doit être bien décompacté sur une trentaine de cm de profondeur. Nous incorporons le compost ou le fumier au sol.

Le sol doit être bien affiné pour disposer de suffisamment de terre fine sur la profondeur du profil de plantation. Il s’agit de favoriser au plus vite de développement de radicelles au départ de la plantule ou de l’œilleton.

26-4021-artichaut-web

Quelques variétés

Plusieurs variétés sélectionnées sont disponibles en jardineries parmi lesquelles : ‘Blanc d’Espagne’, ‘Blanc de Tudela’, ‘Camus de Bretagne’, ‘Castel’, ‘Gros Vert de Laon’, ‘Vert d’Italie’, ‘Violet de Provence’.

En semis ou en prélevant des œilletons

Nous pouvons facilement semer l’artichaut au printemps. Le plus facile est de semer en godets, sous protection d’une couche ou d’une serre. La germination se fait idéalement à 20 ou 22ºC ; nous pouvons semer et garder le pot dans la maison jusqu’à la levée. Nous utilisons des pots d’au moins 12 cm de circonférence pour un bon développement du plant. Nous semons une graine par pot ou si nous en semons plusieurs, nous éclaircissons après la levée pour ne garder qu’une plante par pot. Quand il n’y a plus de risque de gel, en mai, nous l’installons en pleine terre à son emplacement définitif.

Nous pouvons aussi multiplier l’artichaut en prélevant des œilletons sur les anciens pieds. En début de printemps, vers mars ou début avril, l’artichaut nous pouvons les prélever et planter à leur tour. Les œilletons sont produits autour du collet de la plante, au départ des racines. Une légère protection peut être placée sur les plantules jusqu’à la disparition des risques de gel. Nous pouvons aussi installer les œilletons dans des pots, en serre ou sous couche, pour les installer en mai-juin à leur emplacement définitif. Les œilletons sont replantés rapidement pour éviter qu’ils ne se dessèchent. Nous arrosons chaque jour ces plantules jusqu’à leur reprise.

La récolte se fait quand les bractées commencent à s'écarter.  C'est un peu tard pour récolter ce capitule sur cette photo.
La récolte se fait quand les bractées commencent à s'écarter. C'est un peu tard pour récolter ce capitule sur cette photo.

Des besoins facilement couverts

L’emplacement destiné à la culture d’artichaut est abondamment fumé. Le compost ou le fumier conviennent parfaitement.

Les années qui suivent celle de la plantation, à l’automne, nous apportons une bonne couche de compost en surface autour du pied.

4 kg de fumier par m² ou 2 kg de compost par m² sont bien valorisés par l’artichaut.

Bien le protéger dès la germination

Nous avons peu de problème de maladies de l’artichaut dans notre région. Le mildiou et la ramulariose sont des maladies bien connues dans les régions à forte densité de culture d’artichaut.

L’artichaut subit de forts dégâts de gel lorsque la température descend sous les – 5ºC. La protection des plantules dès la germination ou dès le bouturage des œilletons est requise.

Les plants installés en pleine terre sont rabattus avant l’hiver en sectionnant une partie du feuillage. Nous couvrons ensuite la souche d’un abondant paillage de protection dès que les risques de gelées sévères sont annoncés. Un voile de protection fixe la paille en la retenant face aux vents. En terrains humides, nous dégageons un petit fossé de drainage autour de la souche et rejetons la terre en buttant le pied sans en couvrir le cœur de terre.

L’entretien consiste à sarcler et biner pour réduire la présence de plantes sauvages tant que le feuillage ne couvre pas entièrement le sol. Le paillage diminue l’enherbement et économise l’eau. Les binages permettent de maintenir le sol bien aéré en surface et de limiter le développement des herbes sauvages. Quand la température est favorable, la plante se développe vite et va rapidement couvrir le sol. En cas de sécheresse, nous prévoyons des apports d’eau pour maintenir le sol frais sur une profondeur d’une quarantaine de centimètres. L’enracinement de l’artichaut est puissant, les arrosages sont surtout nécessaires au début de l’installation de la culture.

Les limaces sont à surveiller aux premiers stades de la culture.

Les capitules durcissent en grossissant.
Les capitules durcissent en grossissant.

Récolter les capitules floraux jeunes

Nous récoltons les capitules floraux alors qu’ils sont encore jeunes, quand les bractées extérieures commencent à s’écarter. Les capitules jeunes sont plus tendres. Les anciens sont plus gros et plus durs, leur cuisson devra être plus longue lors de leur préparation en cuisine.

Nous récoltons en sectionnant la hampe florale quelques centimètres sous les capitules

Les jeunes pieds produisent moins de 4 capitules en fin d’été-début d’automne. S’ils ont été semés et plantés tardivement, ils peuvent ne pas produire de capitule la première année.

Les pieds forts et déjà installés depuis au moins deux ans peuvent produire plus d’une dizaine de capitules. La récolte se fait à la fin du printemps et en été, selon les variétés. Elle peut s’étaler sur plusieurs semaines en cueillant les capitules au fur et à mesure de leur développement.

À la fin de la récolte, nous coupons les restes de hampes florales et les broyons en vue du compostage.

Décoratif et mellifère

La plante est belle et décorative. Lors de la récolte, nous pouvons laisser quelques capitules sur le pied pour leur permettre de poursuivre leur développement. Nous obtenons alors de belles grandes fleurs composées comme celle de grands chardons. Les insectes pollinisateurs seront nombreux à les visiter.

Comme l’artichaut prend de la place et qu’il est cultivé plusieurs années au même endroit, n’hésitons pas à l’installer dans la partie décorative du jardin. Dans les très petits potagers, il risque de concurrencer trop fortement les petits légumes dans son voisinage.

F.

A lire aussi en Potager

Amendement du potager : il est temps de penser à l’acidité du sol et à sa correction si nécessaire...

Potager Les conditions météo actuelles permettent de prendre de l’avance sur les travaux préparatoires pour notre potager. La plupart des potagers sont travaillés comme il se doit. Avec ou sans bêchage, selon la technique choisie par le jardinier en accord avec sa terre (Voir notre édition du 20 octobre). C’est l’occasion de penser à l’acidité du sol et sa correction, si nécessaire.
Voir plus d'articles