Accueil Potager

Les chicorées frisées et scaroles, sous couches ou en serre, dès que l’espace se libère

Ce fut bien compliqué pour planter les chicorées scaroles et les frisées dans le sol desséché de nos potagers. Nous pouvons poursuivre ces plantations en couches ou en serre dès que nous avons un peu d’espace libéré par d’autres cultures. Nous pouvons réaliser ces plantations sous abris environ un mois après les dates habituelles de plantation en plein air. La récolte se fera en fin d’automne, lors des dernières semaines de l’année.

Temps de lecture : 7 min

C e sont deux légumes de la même espèce, Chicorium endivia. Les frisées sont classées dans les variétés botaniques ‘crispa’ et les scaroles dans les variétés botaniques ‘latifolia’.

Il est un peu tard pour réaliser les semis, mais c’est encore possible. Nous pouvons aussi utiliser des plantes que nous avions semé il y a un peu plus d’un mois et que n’avons pas planté suite à la sécheresse. Une autre option est d’acquérir des plants.

Les semis peuvent être réalisés de mai à début août pour la production de plain air, en respectant scrupuleusement les conseils des semenciers pour chaque variété. Les semis de fin août-début septembre permettent une production de fin d’automne en couche ou en serre.

Si du gel est annoncé en décembre, il est possible de renforcer la protection par la pose d’un voile ou par d’autres mesures.

Les types variétaux

Le choix variétal est diversifié. Pour chaque type, nous pouvons disposer des variétés adaptées au printemps, à l’été ou à l’automne.

Les frisées

Les variétés de chicorées frisées sont reprises dans la classification botanique sous la variété Cichorium endivia var. crispa. Nous pouvons en cultiver plusieurs types culturaux.

La forme et les découpes des feuilles sont des caractéristiques variétales.
La forme et les découpes des feuilles sont des caractéristiques variétales.

Type 'Très fine maraîchère'

Ce type est aussi nommé 'Gloire de l'Exposition'. La 'Fine de Louvier' présente un cœur très dense et une rosette moyennement large. Elle est assez sensible au froid et convient un peu moins bien pour une production de fin d‘automne.

Type 'Wallonne'

Ce type est bien adapté aux cultures d'automne et d'hiver, jusqu'au premières gelées. La pomme est aplatie et ouverte, volumineuse. Les feuilles sont larges, découpées à marges dentées et frisées. Les côtes sont de largeur moyenne.

Type 'Ruffec'

La rosette dressée est ample, le feuillage est découpé à marges très frisées. Les côtes sont larges et épaisses. Elle résiste bien au froid et à l'humidité.

Type 'Frisée de Meaux'

Les feuilles sont longues, découpées et frisées, le limbe est entier à son extrémité. La côte est large, teintée de rose à sa base. Rustique, elle résiste bien à la chaleur et la sécheresse et convient pour les cultures d'automne. Le type 'Grosse Pancalière' est plus précoce, plus dressé, ses côtes sont roses.

Les scaroles

Les variétés de scaroles sont reprises dans la classification botanique sous la variété Cichorium endivia var. Latifolia. Nous pouvons en cultiver plusieurs types culturaux.

Type 'A cœur plein'

Cette scarole forme une rosette volumineuse de feuilles larges aux marges découpées, aux côtes larges et épaisses. Les feuilles intermédiaires sont bouclées et recourbées vers le centre de la pomme. Elle est productive et rustique. On la cultive en hiver, sous serre. Nous trouvons des variétés vertes et des blondes. Ces dernières ont un cœur un peu moins dense, plus large, et un feuillage plus pâle.

Type 'Grosse bouclée'

Cette scarole forme une rosette volumineuse et des feuilles larges bouclées se recourbant vers le cœur. Le cœur plein et serré blanchit facilement. Elle est adaptée à la culture de plein air au printemps et à l'automne ainsi que sous serre en hiver.

Type 'Géante maraîchère'

Comme son nom le suggère, cette scarole est très volumineuse. Il faut adapter les distances de plantation à 0,50 m de distance. Convient bien pour les productions d'automne, supporte les premières gelées nocturnes.

Type 'En cornet'

Les feuilles aussi larges que longues à marge finement dentée extérieures se referment vers le cœur se disposent en vrille pour former une pomme presque conique. On trouve des semences de 'Cornette' ou 'Cornet d'Anjou' et des semences de ‘Béglaise’ ou 'Cornet de Bordeaux'. On peut les cultiver en automne, ces types résistent assez bien aux premières gelées.

Les variétés intermédiaires

Les variétés intermédiaires scaroles-frisées sont des obtentions récentes des maisons de sélection. Elles résistent bien à la montée à graines. Les feuilles sont de la taille de celles des scaroles, mais avec une découpe plus fine. 'Frida' est un de ces types.

La culture d'automne et d'hiver

Les conditions de température et de luminosité lors de l'élevage des plants et celles attendues en fin de saison ne sont pas propices à induire rapidement la montée à graines. Nous pouvons semer en godets ou en mottes pressées, nous pouvons aussi semer en place en tenant compte des distances de plantation. Le semis peut aussi être réalisé en pépinière en vue d’obtenir des plantes à repiquer à racines nues, c’est la solution la plus facile actuellement. Avec les températures actuelles, la levée se fait en 2 ou 3 jours.

La préparation du sol avant plantation

L'objectif est de disposer d'un sol décompacté en profondeur pour favoriser l'enracinement et finement travaillé, rassis et nivelé sans cuvettes en surface pour favoriser la reprise.

Une faible densité de plantation à préférer

Si la sécheresse perdure, nous pouvons arroser avant la plantation.

Nous pouvons marquer et creuser les emplacements des plantations et noyer le trou. La motte est enterrée aux deux tiers de sa hauteur. Puis nous ramenons la terre au pied de la motte. Un arrosage immédiat améliore encore le contact entre la motte et le sol.

Pour les plants nus issus d’un semis en pleine terre, nous arrosons abondamment la pépinière la veille de l’arrachage. Cela permettra de faciliter la déplantation avec un bon globe de racines.

La densité de plantation est de 5 à 8 plants/m² en plein air et 8 à 12 plants /m² sous serre, selon la variété. Si l’emplacement est suffisant, préférons les faibles densités de plantation.

Le paillage du sol, un plus

Le paillage du sol permet de réduire les risques de pourriture du collet et d’améliorer la propreté du légume. Il permet également une maîtrise de l'enherbement.

Les paillages en carton donnent de bons résultats.

Le planche est préparée pour être bien plate. L'objectif est que la pomme soit le moins possible en contact avec le sol. Il s'agit de retarder l'apparition de pourriture.
Le planche est préparée pour être bien plate. L'objectif est que la pomme soit le moins possible en contact avec le sol. Il s'agit de retarder l'apparition de pourriture.

Des apports d’eau importants

Les apports d'eau sont très importants pour les frisées et les scaroles. Nous utilisons généralement les arrosoirs. En période chaude et sèche, nous bassinons le feuillage chaque jour pour éviter les brûlures marginales des feuilles tout en concourant à limiter la montaison.

Les premiers arrosages sont destinés à assurer la reprise après la plantation. Ils sont ensuite moins fréquents durant les semaines d'enracinement, jusqu'au stade 10 feuilles. Ils redeviennent ensuite fréquents jusqu'à la récolte.

Le bassinage consiste à maintenir la plante humide en permanence durant les heures les plus chaudes de la journée. Ils visent la prévention de la nécrose de la couronne intermédiaire, physiologiquement en lien avec un manque de mobilité du calcium dans la plante.

Le blanchiment

L'objectif du blanchiment est d'obtenir au moins 30 % de blanc dans la pomme. L'opération consiste à priver le cœur de la chicorée de luminosité. L’amertume des feuilles est diminuée par le blanchiment. Les feuilles et parties de feuilles concernées jaunissent et blanchissent en quelques jours : 6 jours en fin d'année. Cette opération comporte d'importants risques de pourritures par manque d'aération. Il convient d'opérer de préférence sur des plantes sèches.

Le pot de terre posé à l’envers sur la pomme est la technique traditionnelle. Il peut être remplacé par le lien élastique placé et enlevé à la main.

Notons que la pose d’un voile sur les plantes en plus de la couverture de verre de la couche ou de la serre, diminue déjà l’intensité de la lumière atteignant les plantes. Le blanchiment en est facilité.

Les récolter en fonction des besoins

La récolte se fait au fur et à mesure des besoins. Si des risques de gelée modérée sont annoncés, il est possible de placer un voile de « forçage » sur la culture. Deux voiles protègent encore mieux grâce au volume d’air qui les sépare.

Si de fortes gelées sont annoncées, nous pouvons récolter les chicorées entières, avec une motte de racine et de terre. Nous les plaçons en cave. En gardant au peu d’humidité aux racines, la plante reste en l’état plusieurs jours. Cela permet d’étaler la consommation.

F.

A lire aussi en Potager

Semée sur place, la betterave potagère a peu souffert du manque d’eau en été

Potager Parmi les légumes du potager, la betterave est une des espèces qui a peu souffert du manque d’eau en été. Nous avions pu constater la fanaison du feuillage lors des après-midi très chauds. Le lendemain matin, le prélèvement d’eau en profondeur permettait aux plantes de récupérer. C’est surtout vrai pour les cultures semées sur place. pour les cultures plantées, l’opération de transplantation a brisé la racine pivotante et les racines secondaires percent le sol moins profondément. Les plantes ont eu davantage besoin d’arrosages.
Voir plus d'articles