Accueil Voix de la terre

Voix de la terre

Voix de la terre

Né un 16 octobre

Voix de la terre Drôle de date anniversaire ! Le destin m’a fait naître un 16 octobre, et dès lors, il était inscrit dans les astres que je serais agriculteur, car ce jour-là est déclaré « Journée Mondiale de l’Alimentation » depuis le 16/10/1945, date à laquelle fut créée l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation, dans le contexte d’un après-guerre chaotique où la pénurie en nourriture faisait de nombreuses victimes dans l’Europe en ruines.
L'info en continu Voir toute l’actualité en continu >

Abonnez-vous

Recevez chaque semaine votre journal Le Sillon Belge, accès 24h/24 à l'édition numérique et des avantages exclusifs.

Je m'abonne

Les agricultrices, ces «Femmes d’aujourd’hui»

Le magazine « Femmes d’aujourd’hui » se trouvait déjà sur la table de la cuisine de notre ferme quand j’étais enfant et y côtoyait « Le Sillon Belge ». Je suis fan et abonnée depuis toujours. Les articles que j’y lis m’interpellent, me rassurent, me font réfléchir ou m’instruisent. Vous comprendrez que je sois désarçonnée par le dernier paragraphe de l’article paru à la page 39 du numéro 33 d’août 2019 qui affirme en substance que le lait vendu en grandes surfaces est un lait issu de vaches maltraitées, bourrées aux hormones et aux antibiotiques.

Les techniques agroforestières font désormais partie de la réalité agricole

Depuis près de 10 ans, les techniques agroforestières accompagnent la prise en compte de besoins environnementaux, socio-économiques et paysagers du secteur agricole. Le soutien public à destination des acteurs les mettant en œuvre reste cependant faible. Il est urgent de reconnaître ces techniques comme des atouts agronomiques, climatiques, économiques, écologiques et paysagers, à l’instar de certaines régions ou pays voisins.

Les sanglots longs des nez longs

PPA, où t’es. Où t’es ? Où t’es ? La complainte des sangliers wallons n’en finit pas d’endeuiller nos forêts. Leur saga singulière s’éternise, et le périmètre de sécurité frôle nos hauts plateaux ardennais. Pauvres gorets gaumais ! Adieu pâtés, boudins, rillettes, petits salés, jambons et tête pressée, issus des cochons d’Étalle, Saint-Léger ou Rachecourt… Les plus à plaindre sont nos amis aux longs nez, malades de la peste : haro sur les Gaumais ! En vérité, les vrais coupables de l’épidémie seront-ils un jour identifiés ?

Le choix des lecteurs

Vulcain, l’ami des humains

Qui aime l’agriculture s’intéresse au sol, donc au sous-sol, jusqu’à la roche-mère. On passe de la pédologie à la géologie. L’étude des roches, c’est l’ADN qui explique l’évolution de la terre.

Poubelle la vie

C’est pour moi une corvée, et pourtant cette obligation fait partie des tâches ponctuelles qu’il convient d’accomplir dans le respect des consignes. Je veux parler de la collecte des plastiques agricoles, de cette visite bisannuelle au recyparc communal où nous attendent de joyeux drilles commis à la surveillance des opérations de déchargement.

Un autre monde

En cette semaine du 1er au 9 juin 2019, tout le monde il est bio, tout le monde il est gentil ! L’Apaq-W a mis les petits plats (bio) dans les grands pour mettre à l’honneur l’agriculture biologique, et une seconde vaguelette verte, après celle des élections, est venue baigner les orteils des citoyens consomm’acteurs. À l’heure d’aujourd’hui, il est vrai, la plupart des gens désirent garnir leur assiette d’un maximum de produits bio, dans la mesure de leurs possibilités financières et des disponibilités locales. Le mot « pesticide » est devenu synonyme de «  poison » et son image associée n’est autre qu’une tête de mort, comme celle que l’on trouve sculptée sur les stèles mortuaires des 18e et 19e siècles. La question ne semble même plus se poser, dans l’esprit des bonnes gens : il faut absolument supprimer les herbicides, fongicides et tous ces mots (tous ces maux) en « cide ». Mais dans la vraie vie, rien n’est ni tout blanc, ni tout noir. La réalité est infiniment plus complexe…

Qu’est-ce qui va changer? Pas grand-chose…

…, je n’ai pas rangé les questions que je me pose. « Tu comprendras plus tard ! », mais on est plus tard, et je comprends pas… Le jour des élections, cette petite chanson naïve (de Big Flo et Oli) me trottait dans la tête, alors que j’attendais mon tour dans la file pour voter, à quelques minutes de l’instant fatal. Voter pour qui ? Pour quel programme ? En toute honnêteté, je n’en savais rien.