Pluie d’ici pour l’eau de là

Marc Assin

Voix de la terre

La mode est à l’inculture

JMP

Voix de la terre

Il y a 7.000 ans, l’homo-sapiens inventait l’agriculture. Il y a 10 ans, l’homo-écologicus inventait la permaculture. Aujourd’hui, l’homo-politicus instaure l’inculture.

Tendre septembre

Marc Assin

Voix de la terre

Chair de poule…

Marc Assin

Voix de la terre

Deux poules et un coq : mon vétérinaire m’a confié ces trois réfugiés, rescapés d’un massacre perpétré par Maître Goupil dans son poulailler. Reconnaissantes de les avoir sauvées, les deux poules nous offrent chaque jour un œuf ou deux, et le petit coq chante à tue-tête chaque matin sa joie d’être encore en vie. Ils ne connaissent pas leur chance, car des millions d’autres poules, moins favorisées par le destin, vivent des heures beaucoup plus sombres dans leurs poulaillers géants, au prise avec un renard fripon infiniment plus menaçant : Maître Fipronil, avatar de l’agro-industrie et de la chimie pharmaceutique. J’en ai la chair de poule !

La part des autres

Voix de la terre

La revue « Itinéraire bio » de ces mois de juillet-août, nous révèle que lorsque le consommateur dépense 100 € pour son alimentation, 8,2€ rémunèrent les producteurs. D’autre part, de ces 100€, sont issus 9,2 € de taxe. L’État touche donc, et ce de façon automatique, plus que le producteur, qui lui, doit éponger des coûts multiples pour engranger ces 8,2€ (matériel, bétail, aliments, soins, infrastructures, frais d’entreprises, foncier, contrôles, risques climatiques, crises alimentaires…, ceci en plus d’un travail physique et administratif des plus lourd, contraignant et parfois humiliant qui soit). Ces 8,2€, perçus par le producteur, produisent également pour l’État, d’autres taxes, par exemple sur le carburant et contributions sur les revenus.

«J’en passe des soirées sur ces papiers
! Piette est encore plus présent que de son vivant. Le vieux miroir du passé est brisé et, patiemment, soir après soir, j’en rassemble les éclats...»

Le miroir reconstitué

Voix de la terre

Le vieux Piette est mort !… Un vieux dur à cuire ce vieux Piette ! Je n’arrive pas encore à y croire… Un mois déjà et, songeur, je contemple les piles de cartons du vieux, ses archives comme il disait…

«À Rome, fais comme les Romains.Si tu es ailleurs, vis comme on y vit»

Voix de la terre

En tant que paysan, je tiens à réagir suite à l’article paru en page 4 du Sillon Belge du 30 juin sous le titre « Courage face aux ingrats ».

Je vous livre une pensée de Ambroise de Milan (337-397 de notre ère) : « À Rome, fais comme les Romains. Si tu es ailleurs, vis comme on y vit ». Cet adage doit inspirer certains citadins/ citoyens intolérants à se faire aux usages du lieu.

Je vous présente également un article transmis aux agriculteurs, il y a quelques années, par l’actuel Ministre fédéral de la mobilité, Monsieur Belot, Bourgmestre de Rochefort.

Alain Bourguignon

La foule aux yeux d’or

Marc Assin

Voix de la terre

Alors, combien de visiteurs cette année à Libramont ? Cent nonante, deux cents, deux cent vingt mille ? Quel chiffre sera-t-il avancé fièrement, claironné haut et fort lorsque les derniers lampions de la grande fête estivale de l’agriculture se seront éteints ? Un nouveau record sera établi, nul doute à ce sujet, car l’événement, entre foins et moissons, rencontre un succès grandissant et ne cesse d’enfler démesurément.

Courage face aux…

Marc Assin

Voix de la terre

Il la surnomme « Madame Bobo », « l’intello qui se la pète », « la feignasse de la ville »… « Il », c’est un agriculteur ; « elle », c’est une citadine venue finir ses jours dans la maison qui l’a vue naître et grandir jusqu’à l’âge de 18 ans, avant de partir étudier et habiter pendant 50 ans dans une grande ville.

Courage face aux ingrats!

Voix de la terre

Comme beaucoup d’agriculteurs, nous avons profité de la chaleur de la semaine passée pour faucher. Dimanche, après des heures de tracteurs nous rentrons tard dans la nuit pour décharger nos boules de préfanés. Mon compagnon reçoit un SMS : une dame du village a été dérangée dans son sommeil. Cette villageoise, d’origine citadine, dort la fenêtre ouverte et a été réveillée par les deux tracteurs revenant à charge. Malheur !

Le Manège de la Licorne

Marc Assin

Voix de la terre

Vachement mal informé

Voix de la terre

Dans son article « Vachement bio », de ce 26 mai, B.E., émet des considérations que je voudrais rectifier. « Tenir une Holstein à moins de 6.000 litres ne doit pas être très rentable ».

La solitude du laboureur de fond

Marc Assin

Voix de la terre

« Désespérément optimiste », ainsi me qualifie un ami agriculteur ! Lui-même semble avoir perdu la foi en son métier ; il vient quelquefois me trouver, pour remonter son moral défaillant. Je le vois souvent ces temps-ci, et dans sa conversation reviennent sans cesse les mots « crise », « harcèlement », « déprime », « suicide », etc. Pourtant, sa ferme modèle me semble très bien fonctionner. Alors, pourquoi sont-ils aujourd’hui si nombreux, comme lui, à exprimer une certaine fatigue du métier ? Pourquoi se complaisent-ils dans des sentiments négatifs ?

L’épiaison, c’est magique!

Voix de la terre

Comme souvent, cette année, je me suis rendu compte que les escourgeons étaient en épis, sans avoir pris le temps de les voir venir. Ils me surprendront donc toujours.

La main sur les terres

Marc Assin

Voix de la terre

Le constat est atterrant : l’accaparement et la concentration de terres agricoles en peu de mains ne sont plus des thèmes qu’il faut associer uniquement aux pays de l’Hémisphère Sud. La gloutonnerie foncière dévore également l’UE !

Vachement bio

Voix de la terre

Récemment, je lisais dans le Sillon Belge un article sur l’avenir de la prairie en Wallonie. Ce qui m’avait frappé, c’était le fait que les éleveurs bio produisent moins de 6.000 litres de lait par vache. Or, j’ai toujours vu à la télévision que la majorité d’entre eux possèdent des Holsteins.

Au mieux que ça te goûte…

Voix de la terre

… au plus que ça te coûte ! C’est l’adage sans ambages du consommateur, le blues du mec qui n’a pas de flouze, tiraillé entre la tyrannie diabolique de ses papilles et la gestion étriquée de son portefeuille. L’industrie agro-alimentaire a résolu l’équation, en lui infligeant la tri-thérapie de la malbouffe bon marché : graisse, sucre et sel, trois ingrédients de base auxquels on l’a rendu accroc ! S’y ajoutent force édulcorants et exhausteurs de goût, qui cachent la misérable saveur de la plupart des matières premières agricoles, produites aujourd’hui par la « grosse culture », en quantité… industrielle !

Le temps n’est plus ce qu’il était…

Voix de la terre

Tout change, même le temps. On a beau en parler tout le temps, en agriculture, on en viendra jamais à bout.

Je panse, donc j’agis

Voix de la terre

Merci de m’avoir si bien «apprivoisé»!

DJ

Voix de la terre

Dimanche, c’est la fête des mamans ! Les petits et grands enfants couvriront leur maman de dessins, bricolages, poèmes, bisous et cadeaux… « Fête commerciale », scanderont certains ! Pas moins, ni plus que Noël, la Saint-Valentin, Halloween… finalement ! Et puis, une visite, un baiser ou un appel… ça ne coûte rien ou presque rien. La femme qui nous a donné la vie ne mérite-t-elle pas ce petit effort ?

Salade de bruits, jolie, jolie…

Marc Assin

Voix de la terre

Nous vivons dans un monde très bruyant, très bavard, où des centaines de messages nous assaillent en continu, tantôt ronronnant, tantôt stridents. Ils nous lassent et nous agacent, nous tracassent voire nous fracassent, s’entrelacent et puis s’effacent, renouvelés en un flux perpétuel d’informations et de déclarations. Impossible d’y échapper, à moins de vivre coupé de tout, les yeux fermés et les mains plaquées sur les oreilles ! Ce Grand Silence nous rendrait fous, de toute façon, tant ce besoin de savoir et de comprendre est insatiable chez les êtres humains !

Céréales Killer

Voix de la terre

En tant que lectrice du Sillon Belge, ma première page visitée chaque semaine est toujours celle des marchés. Même si, c’est à en être déprimée ! Surtout le prix des céréales qui reste désespérément bas. Ce noble produit ne se vend même pas à 6 francs belges le kilo !

PAC au tison

Marc Assin

Voix de la terre

Aurons-nous des fruits cette année ? À moins d’avoir, avec force bonnets, écharpes et cache-nez, emmitouflé nos pauvres arbres transis par les gels nocturnes prononcés, leurs fleurs si fragiles ne vont sans doute pas résister. Dans les étables, les animaux se morfondent et vident le fond des granges, en attendant des jours meilleurs et un réveil végétatif des prairies, digne de ce nom.

Le cancer n’est-il que dans le pré?

Voix de la terre

Je ne suis pas sur Facebook ni sur Tweeter. J’ai juste une adresse mail car aujourd’hui, être « sans clavier », c’est presque comme être « sans papiers ». Néanmoins, l’écume de la twittosphère, de la blogosphère et autres réseaux (a)-sociaux arrive parfois dans ma boîte aux lettres par petites vagues indésirables. Il suffit que les mails des « amis de mes amis » me reprennent dans leurs cibles bien intentionnées pour me révéler une vérité à laquelle seule, Internet, permet d’accéder (…)

Cloches de PAC

Marc Assin

Voix de la terre

Le saviez-vous ? Trop occupés à fouetter d’autres dragons, du côté de la Turquie et de la Corée du Nord, les médias ont été fort discrets sur un sujet qui nous concernait au premier chef : ce lundi de Pâques 17 avril était également désigné comme « Journée Internationale des Luttes Paysannes ». Cette date est célébrée chaque année, depuis le 17 avril 1996 et l’assassinat de 19 paysans brésiliens du Mouvement des Sans-Terre, lors d’une marche pacifique organisée pour réclamer un accès à la terre.