Accueil Voix de la terre

Voix de la terre

Voix de la terre

«Climat et CO2, une vaste escroquerie»: une mise au point s’impose

Voix de la terre Je suis choqué des propos que j’ai pu lire dans les voix de la terre de la semaine passée dans l’article nommé « Climat et CO2, Une vaste escroquerie ». Je suis stupéfait qu’on puisse encore sous-entendre aujourd’hui que la production de gaz carbonique anthropique n’est pas une des causes du réchauffement climatique. Je précise bien « n’est pas une des causes » car le sujet est trop vaste et complexe pour s’étendre sur la question dans un article. Ce genre de propos peut être trompeur pour un lecteur peu instruit sur le sujet et ils peuvent faire plus de dégâts que de bien.
L'info en continu Voir toute l’actualité en continu >

Abonnez-vous

Recevez chaque semaine votre journal Le Sillon Belge, accès 24h/24 à l'édition numérique et des avantages exclusifs.

Je m'abonne

Histoire de sucre: quand les rapports entre industriels et agriculteurs ne sont pas un long fleuve tranquille

L’année 2020 s’est terminée sur une mauvaise nouvelle pour les betteraviers. La CoBT, sucrerie de Seneffe, ne se fera pas. Du moins, pas de suite, car même si ce projet ne se réalise pas dans l’immédiat, il en appellera d’autres, nous en sommes sûrs. Il aura eu le mérite de montrer au monde industriel qu’il est possible de coaliser des agriculteurs, des investisseurs et des bonnes volontés pour réaliser ce beau projet de coopérative. Malheureusement, il semble que les banques aient trébuché sur la dernière marche, probablement victimes d’un lobbying toxique. À suivre donc…

Vidéo-PAC

Ce lundi soir 25 janvier, cinéma sur invitation ! Ou plutôt conférence-vidéo sur ordi… Une banque-assurance avait convié ses clients fermiers à une soirée-PAC « on line ». Tout, tout, tout, on allait enfin tout savoir sur la réforme actuelle de la Politique Agricole Commune ! Juchée en chaire de vérité, une oratrice de haut vol attendait de pied ferme les internautes fascinés par l’écran du dieu ordinateur, et curieux d’écouter le prône distillé de bonne foi. Ce fut dense et nourrissant comme du pain noir au levain, coupé en belles tranches tartinées de choco. Hélas, rien de bien nouveau et passionnant sous le soleil : la PAC persiste et signe…

Le langage de la terre

Chaque semaine, je m’attache à vous transmettre les paroles des « Voix de la terre », prononcées par des parents, voisins, amis et connaissances, très proches pour la plupart de notre milieu agricole. J’écris toutes mes réflexions en français, tandis que ces conversations orales se sont tenues le plus souvent en dialecte wallon. N’est-ce pas une trahison ? Je m’interroge…

Marc Assin votre rêve est réalité… La COBT l’a réalisé!

En effet, dans votre très bel article de 14 janvier dernier – un de plus ! – vous faites le constat au combien réel de notre triste métier d’agriculteur et vous terminez par un rêve qui pourrait changer les choses… Une coopérative avec des agriculteurs faisant preuves de solidarité ; synonyme d’union pour agir sans fatalisme contre ces « money, money, money » qui nous dévorent. Quel beau rêve !

Blanche neige et gel aux mains

Selon l’expression consacrée, chaque an nouveau s’ouvre sur une page blanche à écrire ! La métaphore a rejoint la réalité et en effet, janvier 2021 est très blanc à plus de 500 m d’altitude, drapé d’une épaisse couche de neige immaculée tombée à partir du 26 décembre. Un manteau d’hermine couvre les champs depuis plus de trois semaines, une durée exceptionnelle en ces temps de réchauffement climatique. Tant de jours d’affilée sous la neige, ce n’était plus arrivé chez nous depuis vingt ans ! Au cahier des actualités, la première page est restée blanche très peu de temps ; déjà, toutes sortes de faits s’y sont inscrits, barbouillés sur fond de Covid et de vaccination.

Le choix des lecteurs

Sur le fond, Fabroca yest favorable; sur la forme…

L’arrivée de la génomique dans la sélection la race B-BB est-elle une révolution ? Comment est-elle perçue par les centres d’insémination privés ? Fabroca, centre de distribution de semences B-BB, nous donne son point de vue.

Money, money, money…

J’aime affectueusement les pommes de terre, mais je sais depuis longtemps qu’elles ne m’aiment pas ! Ces diablesses de patates me jouent mille tours de cochonnes quand je me risque à en planter sur un bout de champ, au potager ou même chez un ami. Les miennes dépérissent toujours, d’une façon ou d’une autre : gel tardif en juin, doryphores et mildiou en juillet, grêle en août, sangliers en septembre. Elles le font exprès, histoire de m’humilier et de bien me faire comprendre qu’il n’est pas question pour elles de se fatiguer pour moi. J’ai rendu les armes depuis longtemps, et me fournis chez un artisan-patatier de première force, 8 € le sac de 10 kg. À 72 ans, il fait tout le travail à la houe et au croc à fumier, sauf labourer et herser bien entendu, et n’utilise que son fumier de moutons pour engraisser son lopin de 10 ares, lequel change d’endroit chaque année dans sa prairie. Comment fait-il, sans fongicides ni produits chimiques d’aucune sorte ? Mystère… Je l’appelle « l’homme qui murmure aux oreilles des patates » !

Le vaccin… Bien sûr!

La pandémie du coronavirus aurait démarré en Chine dans la seconde moitié de 2019. Amusant, c’est juste 225 ans après la première vaccination, effectuée par le médecin Jenner sur un jeune garçon. Il utilisa le pus d’une trayeuse atteinte par une infection des vaches. Cette infection s’appelait la vaccine. Car on avait remarqué que les trayeurs et trayeuses échappaient à la variole, une épidémie très contagieuse due à un virus.

V comme…?

Index et majeur écartés, tendus vers le haut, tandis que les autres doigts de la main restaient serrés dans sa paume : Winston Churchill a immortalisé ce geste lors de la Seconde Guerre Mondiale. V comme « victory » ! Puissions-nous agir de même au cours de 2021, pour célébrer la victoire contre la Covid-19… Le 1er janvier 2020, les joyeux fêtards tendaient même les deux mains, pour former les deux V de « vingt-vingt » ! Puis en mars, un V seulement, on faisait moins les malins : V comme virus, comme première vague, un V tendu à l’horizontale comme une paire de ciseaux, ceux de la Parque Morta qui s’apprêtait à couper les fils de milliers de vies. Ce V-là nous a accompagnés depuis lors ; puis aux premiers jours de 2021, un autre V nous apparaît timidement : V comme Vaccin ! V1, V2, etc, comme ces fusées allemandes qui tombaient du ciel sans crier gare, en ’44 et ’45. En « vingt-vingt et un », quels V recevrons-nous sur la tête ?