Débardeur au cheval, un métier en voie de disparition en Wallonie

Débardeur au cheval, un métier en voie de disparition en Wallonie
J.V.

Si la Wallonie comptait encore environ 90 débardeurs au cheval il y a une dizaine d’années, ils ne sont désormais plus qu’une trentaine à exercer ce métier à titre principal. Et les occasions de sortir les chevaux de trait entre les alignements d’arbres sont de plus en plus rares. «Nous assistons à la mort lente d’une profession et d’un savoir-faire uniques au monde», se désole Martial Wuyts, administrateur et vice-président du CECT.

L’explication de cette agonie de la profession réside notamment, selon le CEDT, dans le nouveau cahier général des...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct