Le National charolais remet le couvert à Libramont

Une tendance qui réjouit le président du Herd-Book, Hugues Falys. S’il est heureux de l’encadrement fourni par la Foire et l’Association wallonne de l’Elevage, il est agréablement surpris du nombre de spectateurs présents autour des rings et de leur engouement pour un tel événement. Mais il souligne également la très bonne entente entre les éleveurs. « Au-delà de la compétition, les éleveurs se soutiennent, s’encouragent et s’entraident. On ne ressent pas de rivalité ».

Pourtant il pourrait en être justement question, de rivalité. « Christophe Jérouville est notre locomotive, il nous tire vers le haut et à terme, cela paie. S’il engrange un peu moins de prix, il laisse de la place aux autres… Trois éleveurs se sont partagés les prix d’honneur. On sent qu’Emile Quinet et Serge Désert montent en puissance. Ils viennent avec plus d’animaux pour tenter de bousculer la hiérarchie… »

Un élevage en phase avec le terrain

Sur les cinq participants, trois sont en bio, deux en conventionnels. Les éleveurs charolais sont de plus en plus convaincus d’avoir une race plus adaptée à l’économie actuelle, en produisant une viande de qualitré à moindre coût en valorisant au mieux les herbages.

Quant aux animaux présentés, ils étaient dans un bon état d’élevage malgré la période de sécheresse qui a récemment sévi. Les éleveurs ont été vigilants à les tenir en forme en vue du concours et malgré la saison au pâturage.

« Les animaux présentés sont en constantes évolutions du point de vue de la qualité. Le juge a été très attentif aux aplombs, à la morphologie et à la qualité de race… Le Herd-Book va dans le bon sens », indique H. Falys.

Notons encore que Frivole, la meilleure femelle 2016 était présente et a fait un retour de championnats, pour permettre à une autre bête de se distinguer.

P-Y L.