La Wallonie réfléchit à un plan pour mieux protéger la biodiversité

La Wallonie réfléchit à un plan pour mieux protéger la biodiversité
M. de N.

Agriculture industrielle, usage intensif de pesticides, urbanisation galopante… Les pressions exercées par l’homme sur la nature mettent la biodiversité à rude épreuve. En Wallonie, la situation est jugée « très préoccupante » pour les populations d’oiseaux, notamment.

« Les champs ne chantent plus », regrette Jean-Yves Paquet, responsable des recherches chez Natagora. D’après l’association de défense de la nature, les oiseaux des milieux agricoles perdent en moyenne 3 % de leurs effectifs par an depuis 28 ans.

Dans les forêts, « certaines espèces reviennent, mais il reste encore beaucoup d’efforts à faire », indique Corentin Rousseau, gestionnaire de projet au WWF. Selon lui, « il existe déjà beaucoup d’initiatives locales favorables à la biodiversité, mais il faut les généraliser. C’est ce qui fait défaut à l’heure actuelle ».

Comme le climat, « la biodiversité doit être placée au cœur des préoccupations politiques », ajoute-t-il encore.

Ouverts ce mardi à Liège, les « Ateliers de la biodiversité » doivent jeter les bases d’un débat constructif. Face au déclin de la biodiversité et la dégradation des habitats, « la mobilisation de tous les acteurs, publics et privés, à toutes les échelles est nécessaire », affirme le ministre René Collin.

L’exercice se poursuivra au premier trimestre 2019 et devrait aboutir à la constitution d’un nouveau « Plan Nature et Biodiversité » pour la Wallonie.

(Belga)

Le direct

Le direct