Interpom 2021: Se revoir mais dans quelles conditions...

À l’ère du Covid, où le numérique prédomine, l’importance du contact physique  dans le monde des affaires a une fois de plus été soulignée.
À l’ère du Covid, où le numérique prédomine, l’importance du contact physique dans le monde des affaires a une fois de plus été soulignée. - D.J.

Une atmosphère très particulière régnait les jours précédents le salon : des chiffres Covid en constante augmentation, un comité de concertation avancé, des mesures de sécurité renforcées, des exposants qui se désistent ou dont le stand est monté mais qui ne se présentent pas, l’annonce de l’annulation d’Agribex… Ajoutez à cela des conditions météorologiques et de circulation difficiles sur le route de Kortrijk Expo et vous risquiez de perdre le sourire avant même d’avoir mis un pied dans le salon.

Un public constitué de professionnels ciblés

Et pourtant… Il semble que, dans l’ensemble, ce n’était pas si mal. Certains observateurs pensaient ne pas avoir plus de la moitié des visiteurs habituels mais le bilan a été plus nuancé. D’après les organisateurs, le salon a accueilli au total 11.768 visiteurs, un nombre inférieur à l’édition précédente (19.500) mais prévisible vu la pléthore de mesures, de quarantaines et de complications observées au niveau du trafic international.

La participation internationale a évidemment été impactée, il y a en effet eu moins de visiteurs provenant des Pays-Bas, d’Allemagne et de pays extra-européens. Cette fois-ci, la France a été aussi bien représentée que les Pays-Bas, ce qui est bien entendu lié au renforcement des mesures de lutte contre le Covid qui ont été prises dans chaque pays.

Les visiteurs présents étaient principalement des professionnels ciblés qui étaient venus au salon avec des objectifs clairs, des plans d’investissement, ainsi que la volonté de s’informer sur les dernières évolutions du marché au sein de la chaîne de la pomme de terre.

À l’ère du Covid, où le numérique prédomine, l’importance du contact physique dans le monde des affaires a une fois de plus été soulignée.

CST en poche et masque sur le visage, la journée du dimanche a quand même été très familiale. Les lundi et mardi étaient quand a eu davantage consacrés aux découvertes professionnelles ou à une (dernière) sortie avec le personnel avant la Saint-Éloi. En effet, malgré les craintes liées au Covid, pour beaucoup de visiteurs, le salon était aussi l’occasion de sortir le nez de leur exploitation après une année difficile qui a mis toute la profession sous pression.

Il y avait cependant de nettes différences sur l’exposition. Certains stands étaient relativement vides et les couloirs loin d’être bondés mais d’autres exposants, usant du trio alcool, frites et machines, faisaient quand même l’attraction.

Mesures anti Covid bien respectées en général

Les mesures anti-Covid ont été assez bien suivies et elles n’ont donné lieu à aucun débordement. Les visiteurs étaient simplement sommés de rester assis dans les stands pour boire et consommer des aliments. Il s’agissait surtout que chacun se responsabilise. De nombreux exposants ont fait très attention à la nourriture et aux boissons alcoolisées notamment, et il faut le souligner, car le verre de trop entraîne souvent plus de nonchalance pour le port du masque.

L’organisation du salon a fait de son mieux pour respecter les mesures et tient d’ailleurs à remercier toutes les personnes qui ont suivi les règles de base, contribuant ainsi à la sécurité de tous les participants et/ou visiteurs du salon.

Suffisamment de sujets de conversation

Y avait-il d’autres sujets à aborder que celui du Covid lors du salon ? Bien sûr !

L’annulation d’Agribex était évidemment au centre des débats. Elle était même souvent l’une des raisons de se rendre à Interpom car, après tout, combien de temps devrons-nous encore nous passer de Foires agricoles ?

Les autres sujets de discussion ont été, comme prévu, le stockage des pommes de terre sans CIPC, les dépenses en produits de protection des cultures et la saison compliquée. Dans les couloirs, chacun avait son anecdote sur la saison et s’interrogeait sur la fin de la récolte (si tel était le cas !).

La rencontre en Foire reste essentielle mais…

Pour le secteur agricole, Interpom a été la première « foire commerciale intérieure » d’après confinement. Elle a clairement démontré que les gens avaient besoin de se rencontrer physiquement. Pour de nombreux exposants, il reste important de pouvoir accueillir et rencontrer physiquement de nouveaux clients et acheteurs potentiels. Après ce premier contact, on peut ensuite embrayer sur des échanges numériques si nécessaire mais les alternatives numériques ne remplaceront pas l’expérience physique du salon. Cependant, à la question de savoir combien de foires commerciales devrait avoir lieu et à quelle fréquence, la réponse est unanime : moins qu’aujourd’hui.

Interpom 2022 : Save the Date

La prochaine édition d’Interpom se tiendra les 27, 28 et 29 novembre 2022 à Kortrijk Xpo. À partir de là et si la situation sanitaire le permet, le salon reprendra son rythme bisannuel (les années paires).

T. Decoster et D. Jaunard