Accueil Cultures

Protéagineux et oléagineux: les variétés disponibles au printemps 2022

Avec le contexte actuel (prix très élevés de l’azote, manque de disponibilités, arrêt des exportations ukrainiennes d’huile de tournesol), il est possible de produire davantage de protéines et d’huiles végétales chez nous, en implantant au printemps 2022 des protéagineux et des oléagineux de printemps, dans la limite des disponibilités de semences.

Temps de lecture : 7 min

Parmi les légumineuses, on trouve des espèces produisant des graines riches en protéines : le pois protéagineux, la féverole et le lupin doux que l’on regroupe sous les protéagineux. Ces cultures ont l’avantage de ne pas nécessiter d’apport d’azote et procurent des graines riches en protéines et amidon pour le pois et la féverole, et encore plus riches en protéines sans amidon mais avec un peu de matière grasse, dans le cas du lupin doux.

Dans les protéagineux

Le pois protéagineux de printemps

Les variétés produisent des graines de couleur jaune ou verte. Selon le débouché visé, la couleur de la graine peut avoir de l’importance lors du choix des variétés. Dans le cas de l’alimentation humaine, la couleur jaune peut être exigée pour les ingrédients alimentaires (chez Cosucra par exemple) ; la couleur verte peut aussi être demandée pour les pois cassés (potages). L’alimentation animale n’a pas d’exigence à ce niveau. La majorité des variétés actuelles sont de couleur jaune.

La quantité de semences nécessaires à l’ha sera calculée pour une densité de 80 graines/m² en pois protéagineux. Il est important de bien vérifier le poids de 1.000 grains (PMG) de chaque lot de semences de pois protéagineux, car il s’agit d’un poste important et coûteux. Le PMG est variable d’une année à l’autre, et peut varier entre les semences et les graines récoltées.

Les semences sont non traitées ou traitées avec des produits fongicides tels que le Wakil, Celest ou Beret Gold, à base de fludioxonil. Il faut noter que 2022 sera la dernière année d’autorisation du Wakil suite au non-renouvellement européen du metalaxyl ; il faut donc semer ces semences désinfectées en 2022.

4009-cultures- oléagineux et protéagineux-1-web

La féverole de printemps

Lors du choix des variétés de féverole, il faut tenir compte du débouché. Les variétés à fleurs colorées sont les plus représentées. Une variété à fleurs blanches est disponible et peut être intéressante en alimentation des porcs et des volailles, car les graines ne contiennent pas de tanins dans les téguments de la graine qui sont des facteurs anti-nutritionnels. Les progrès génétiques amènent également des variétés à faible teneur en vicine-convicine, intéressantes notamment en alimentation des poules pondeuses car elles ne réduisent pas la taille des œufs. La vicine-convicine diminue la digestibilité de l’énergie et des protéines. Toutes les variétés de féverole sont utilisables en alimentation des ruminants.

La quantité de semences nécessaires à l’ha sera calculée pour une densité de 50 graines/m² en féverole de printemps. Il est important de bien vérifier le poids de 1.000 grains (PMG) de chaque lot de semences de féverole, car il s’agit d’un poste important et coûteux. Pour une même variété, le PMG est variable d’une année à l’autre, et peut varier fortement entre les semences et les graines récoltées suite aux conditions climatiques qui influencent le remplissage des graines, en fin de cycle.

Tout comme en pois protéagineux, les semences de féverole sont non traitées ou traitées avec des produits fongicides tels que le Wakil, Celest ou Beret Gold, à base de fludioxonil. Il faut noter que 2022 sera la dernière année d’autorisation du Wakil suite au non-renouvellement européen du metalaxyl ; il faut donc semer ces semences de féverole désinfectées avec le Wakil en 2022.

4009-cultures- oléagineux et protéagineux-2-web

Le lupin doux

Une particularité en lupin doux est qu’il faut apporter un inoculum aux semences de lupin, Rhizofix 40, pour s’assurer que les nodosités se forment bien au niveau des racines. Ceci permettra à la culture de capter l’azote de l’air, comme le font les autres légumineuses.

Le lupin produit les graines les plus riches en protéines des protéagineux (de 33 à plus de 40 % de protéines). Le point sensible de la culture reste la sensibilité à l’anthracnose qui impacte aussi bien le rendement que la qualité sanitaire des graines de lupin. La sélection génétique amène de nouvelles variétés intéressantes. La variété Celina, inscrite en Allemagne en 2019, est une variété de lupin blanc résistante à l’anthracnose, principale maladie en lupin. C’est un progrès génétique majeur.

Selon la réglementation actuelle, dans le cadre du verdissement encore d’application pour la dernière fois en 2022, sur les surfaces d’intérêt écologique (SIE), les semences des cultures fixatrices d’azote (pois protéagineux, féverole, lupin) ne peuvent être désinfectées ; elles seront donc non traitées (NT).

4009-cultures- oléagineux et protéagineux-3-web

Spécial 2022

Au vu du contexte récent lié à la guerre en Ukraine, une demande est faite à la Commission Européenne de pouvoir produire davantage de protéines végétales en Europe cette année avec tous les moyens de production, notamment dans le cadre des SIE où actuellement aucun produit phyto ne peut y être utilisé. Une réponse est attendue prochainement.

Pour les oléagineux

Les oléagineux sont également intéressants car leurs graines contiennent de l’huile et des protéines végétales. Après l’extraction de l’huile, les différentes espèces fournissent un tourteau concentré en protéines. Des cultures implantées à l’automne, comme le colza d’hiver et le lin oléagineux d’hiver, sont complétées par des cultures de printemps : colza de printemps, lin oléagineux de printemps, tournesol et soja.

Le colza de printemps

En Europe, le colza de printemps est nettement moins représenté que le colza d’hiver, alors qu’au Canada, toutes les variétés sont des variétés de printemps (canola). Avec les prix actuellement très élevés du colza, il est possible d’envisager la culture de colza de printemps. Une attention particulière portera sur la surveillance des méligèthes, avant la floraison du colza de printemps, souvent présents dans les zones de production de colza d’hiver.

La densité du colza de printemps est de 100 graines/m², soit le double par rapport au colza d’hiver.

4009-cultures- oléagineux et protéagineux-4-web

Le tournesol

Le tournesol, en test actuellement en Région wallonne dans le cadre du projet Sunwall, est semé autour du 15 avril, à une densité de 10 graines/m². Cette culture se comporte très bien en année de sécheresse.

Les variétés disponibles au printemps 2022 sont du type « tournesol oléique », c’est-à-dire avec une qualité d’huile supérieure, permettant de résister à de très hautes températures et servant d’huile de friture largement utilisée dans la production de frites et de chips.

Les semences sont non traitées (pour la production en bio) ou traitées avec de l’Influx, à base de fludioxonil efficace contre pourriture grise et sclérotinia et avec de l’Apron à base de metalaxyl-M efficace contre le mildiou. Suite au retrait du metalaxyl, 2022 sera la dernière année d’utilisation de l’Apron. Il faut donc semer ces semences de tournesol désinfectées avec l’Apron en 2022.

4009-cultures- oléagineux et protéagineux-5-web

Le soja

Cet oléagineux est une légumineuse qui ne nécessite donc aucun apport d’azote. Sa graine est très riche en protéines et est deux fois moins concentrée en huile que le colza ou le tournesol. Étant donné sa sensibilité au froid, le soja sera semé fin avril-début mai, après le risque de gel, et dans un sol réchauffé pour assurer une bonne formation des nodosités.

La variété Abaca bio BACA pré-inoculé est assez courante. D’autres variétés peuvent être disponibles, généralement sur demande.

4009-cultures- oléagineux et protéagineux-6-web

Le choix variétal du soja porte sur la précocité à maturité, surtout dans nos conditions pédo-climatiques. La culture de soja a des besoins importants en chaleur et en eau. Très prochainement, des variétés belges de soja sélectionnées à Gand par Protealis, spin-off de l’Ilvo et du VIB, seront disponibles, avec des rendements et une teneur en protéines, améliorés par rapport aux variétés précoces existantes.

La densité de semis du soja est de 75 graines/m². Comme en lupin, il faut apporter un inoculum aux semences de soja, sauf si les semences sont déjà pré-inoculées.

La valorisation des graines de soja en alimentation humaine connaît un succès croissant, notamment chez Alpro. L’usage du tourteau de soja reste important en alimentation animale, aussi bien en quantité qu’en qualité.

En conclusion, les possibilités de produire des protéines végétales sont nombreuses et diversifiées en Europe, plutôt que d’être trop dépendant des importations.

Christine Cartrysse

, Centre Pilote CePiCOP

A lire aussi en Cultures

Céréales: les pucerons sont peu nombreux pour l’instant

Céréales La grande majorité des froments a dépassé le stade dernière feuille étalée (BBCH 39) et se dirige vers le stade épiaison (BBCH 51-59). Les variétés plus hâtives comme Campesino ou RGT Perkussio sont déjà à la fin de l’épiaison (BBCH 57-59) voire au début de la floraison (BBCH 61).
Voir plus d'articles