Accueil Cultures

Le bio wallon poursuit son avancée, à pas ralenti

Si la filière bio wallonne poursuit son développement, on notera que celui s’est déroulé à pas ralenti en 2021. En effet, la progression a été moins fulgurante que les années précédentes et certaines spéculations accusent même un léger recul. Heureusement, aucun secteur ne se trouve en difficulté et la motivation des agriculteurs demeure, en témoigne la soixantaine de nouvelles fermes ayant choisi le bio l’année dernière.

Temps de lecture : 6 min

Au 31 décembre 2021, la Wallonie recensait 1.969 fermes sous contrôle bio (100 % bio ou mixte bio-conventionnel), soit 15,5 % des fermes wallonnes. En 2021, 68 fermes ont fait le choix du bio, ce qui représente une augmentation de 3,6 % par rapport à 2020 (+5 % en 2020), souligne Biowallonie, la structure d’encadrement du bio, dans son bilan annuel publié début juin.

En 10 ans, près de 1.000 nouvelles exploitations ont opté pour ce mode de production (figure 1).

La surface agricole utile (SAU) consacrée au bio progresse, elle, de 2,3 % (+7 % en 2020). La SAU sous contrôle bio atteint 92.008 ha (+ 2.057 ha), soit 12,4 % de la SAU totale wallonne (figure 1). Sur ce total, 10.024 ha sont en cours de conversion. Depuis fin 2010, les surfaces bio ont été multipliées par deux dans notre région.

Figure 1: évolution de la superficie et du nombre de fermes bio en Wallonie. (Biowallonie)
Figure 1: évolution de la superficie et du nombre de fermes bio en Wallonie. (Biowallonie)

Ajoutons encore que la surface agricole moyenne d’une ferme bio est de 46,7 ha, soit environ 11 ha de moins que la moyenne wallonne.

Forte avancée des cultures légumières et fruitières

Suivant l’évolution négative du nombre d’herbivores bio (-1 %), la surface dédiée aux prairies ne progresse que très faiblement. Seuls 299 ha de prairies sont passés sous contrôle bio en 2021, soit sursaut de 0,4 %. Trois quarts de ces surfaces sont situés dans les provinces de Luxembourg et de Liège. 89 % des prairies bio ou en conversion sont permanentes ; le solde se composant de prairies temporaires.

Même si les prairies représentent trois quarts du paysage agricole bio wallon, leur proportion diminue d’année en année au profit des grandes cultures nécessaires pour alimenter le bétail et répondre à la demande grandissante du marché alimentaire bio, précise Biowallonie. Cette proportion reste toutefois élevée en raison du grand nombre d’élevages bovins certifiés bio mais aussi par la spécificité de la filière qui requiert une surface prairiale importante pour assurer une autonomie fourragère maximale des fermes.

Les grandes cultures (céréales, cultures fourragères, pommes de terre, oléagineux et protéagineux) poursuivent leur progression (+6 %), avec plus de 1.200 nouveaux ha. Cette progression suit la demande croissante en céréales bio, tant alimentaires que fourragères.

36 % des grandes cultures bio sont situés en province de Luxembourg. Suivent les provinces de Namur (25 %) et de Liège (15 %), le Hainaut (15 %) et le Brabant wallon (9 %).

En 2021, 47 % des grandes cultures bio sont des céréales et assimilés, dont les plus courantes sont l’épeautre, le froment, l’avoine, l’orge et le triticale (par ordre d’importance). Ces cinq céréales représentent 88 % des céréales cultivées en bio en 2021. Les mélanges céréales-légumineuses, et autres, s’adjugent 34 % du total ; les cultures fourragères suivent avec 11 %. Enfin, les pommes de terre, oléagineux, protéagineux et autres cultures industrielles occupent 8 % des terres bio wallonnes.

Les cultures légumières ont progressé de 16 % entre 2020 et 2021. Cela représente 364 nouveaux ha, pour un total de 2.659 ha. Les surfaces légumières bio wallonnes se répartissent comme suit : province de Liège (30 %), Brabant wallon (24 %), Hainaut (23 %), province de Namur (18 %) et province de Luxembourg (5 %).

Du côté des cultures fruitières, on relève un bond important de 21 %. 114 nouveaux hectares bio ont été répertoriés, suite à la demande importante des consommateurs. Les vergers et vignobles bio se trouvent principalement en province de Namur (40 %). Derrière, on retrouve la province de Liège (23 %), le Hainaut (15 %), le Brabant wallon (14 %) et la province de Luxembourg (8 %).

La production de raisins bio se développe fortement, avec 33 nouveaux ha en 2021, pour un total de 165 ha. En l’espace de trois ans, cette superficie a triplé !

La production de semences et de plants progresse bien (+13 %) pour atteindre 377 ha. Selon Biowallonie, 85 % de ces surfaces sont utilisées pour la multiplication de semences et plants, 11 % pour la production de plants de pommes de terre et 4 % sont des pépinières (de plants fruitiers, ornementaux ou forestiers).

Enfin, les jachères, engrais verts et parcours extérieurs enregistrent une croissance de 9 % et culminent à 500 ha.

Le tableau fournit un récapitulatif de l’évolution de la superficie sous contrôle bio depuis 2011.

Evolution de la superficie sous contrôle bio en Wallonie entre 2011 et 2021-

Bovins viandeux en net recul

Au cours de l’année 2021, le nombre d’animaux bio a progressé de 4 % (toutes espèces confondues).

En croissance constante depuis 2006, le nombre de bovins bio a baissé (-2 %), pour atteindre 104.032 têtes (figure 2). Trois quarts des bovins bio sont élevés dans les provinces de Luxembourg et de Liège.

Figure 2: évolution de la filière bovine bio wallonne (nombre d’animaux) entre 2003 et 2021. (Biowallonie)
Figure 2: évolution de la filière bovine bio wallonne (nombre d’animaux) entre 2003 et 2021. (Biowallonie)

Stable depuis 2017, le nombre de vaches allaitantes a chuté de 10 % en 2021. Cela s’explique en partie par la sécheresse de 2020 qui a poussé beaucoup d’éleveur bio à vendre une partie de leur cheptel plutôt que d’acheter des aliments. La deuxième explication est que le marché de la viande bovine bio reste limité, avec une offre supérieure à la demande, et les prix payés aux producteurs étaient trop faibles.

La filière laitière poursuit, elle, son expansion. Plus de 1.307 vaches laitières supplémentaires sont traites en bio en Wallonie, soit une hausse de 1,5 %.

Le porc bio maintient son expansion

Comme en 2020, le secteur porcin bio wallon a grimpé en flèche de 38 %. 14.983 porcs gras ont été commercialisés en 2021. Cette forte progression s’explique par la forte augmentation du nombre de truies bio en 2020 (+308).

En 2021, le nombre de truies a augmenté de 10 %, avec un total de 1.112 truies bio recensées.

Les porcs bio wallons sont élevés majoritairement en Hainaut (35 %) et en province de Luxembourg (34 %).

Légère croissance du côté de la filière avicole

La filière avicole poursuit son expansion, en raison de la demande des consommateurs. Les poulaillers de petite taille (250-300 animaux) ainsi que les poulaillers mobiles se développent beaucoup ces trois dernières années.

Le nombre de poulets de chair (vendus) affiche une croissance de 4 % entre 2020 et 2021. Plus de 172.000 poulets supplémentaires ont été commercialisés l’année dernière, pour un total de 4.082.161 unités. Il s’agit là de la plus faible progression depuis 2015, constate Biowallonie.

La moitié des poulets bio ont été élevés dans la province de Namur. Suivent les provinces de Luxembourg (25 %) et de Liège (16 %).

Alors que la filière poulet de chair suit une croissance relativement linéaire, la filière poules pondeuses a connu un véritable « boom » entre 2010 et 2020. Cependant, sa croissance ralentit depuis. En 2021, on recensait 22.426 poules pondeuses supplémentaires (+7 %). La filière comptait, fin de l’année dernière, près de 361.000 poules pondeuses. Les élevages sont répartis sur l’ensemble de la Région mais sont principalement présents en province de Namur (44 %), dans le Hainaut (22 %) et en province de Luxembourg (21 %).

Le nombre de poulettes futures pondeuses s’élevait à 127.250 (-18 %). Les élevages de poulettes sont situés exclusivement dans la province de Namur (63 %) et en Hainaut (37 %).

La filière caprine progresse confortablement

La filière ovine, en constante évolution depuis 2009, a augmenté de 3 % en 2021. Elle compte 25.943 animaux, dont les trois quarts sont élevés dans les provinces de Luxembourg et Namur.

De son côté, la filière caprine affiche une confortable progression (+14 %, +372 animaux) par rapport à 2020, pour un total de 3.002 têtes. C’est la province de Liège qui accueille le plus de chèvre bio, avec 41 % du cheptel wallon.

En 2021, la Wallonie comptait également, au sein de filières de niche, 3.500 escargots, 2.837 autres volailles (canards et pintades), 1.496 équidés (chevaux, juments laitières et ânes), 249 cervidés (cerfs et daims) et 101 lapins.

Enfin, l’aquaculture bio wallonne représente moins de 2 t de poissons commercialisés en 2021 et se montre stable par rapport à 2020. Le total de ruches certifiées est, quant à lui, de 28, soit deux de moins qu’en 2020.

A lire aussi en Cultures

Signature de la nouvelle Convention pommes de terre bio robustes 2022 – 2026

pommes de terre Le 17 novembre dernier était un jour très important pour l’ensemble du secteur de la pomme de terre bio aux Pays-Bas. La signature de la nouvelle convention (ou «  Convenant  ») pommes de terre bio robustes a enfin été faite, après un retard dû notamment à la période Covid-19, chez l’un des signataires, à savoir la firme Plantera à Marknesse (Noord Oost Polder, Flevoland).
Voir plus d'articles