Accueil Volailles

Oeufs contaminés: le Parlement européen veut améliorer l’échange d’informations entre les Etats

Les Etats membres de l’Union européenne devraient être plus prompts à s’échanger des informations en cas de risque de contamination de denrées alimentaires, ont estimé mardi la plupart des eurodéputés lors d’un débat sur la crise du fipronil.

Temps de lecture : 2 min

La contamination de dizaines de millions d’œufs est apparue au grand jour début août et a concerné des produits vendus dans presque toute l’Union européenne. Elle provenait de la désinfection d’élevages de poules pondeuses par du fipronil, un antiparasitaire strictement interdit dans la chaîne alimentaire. La fraude a surtout été pratiquée aux Pays-Bas et en Belgique mais la Commission européenne, qui estime qu’elle remonte à septembre 2016, a aussi fait état de cas potentiels en Allemagne, en France, en Italie et en Hongrie.

A Strasbourg, les eurodéputés sont principalement revenus mardi sur la nécessité d’améliorer les échanges d’informations entre Etats membres dans de telles situations. «Le RASFF (acronyme anglais du Système d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et aliments pour animaux) est un bon outil, mais tout dépend de l’introduction d’informations. Si certains Etats refusent de le faire, c’est foutu», a commenté Bart Staes (Groen).

La Belgique a averti le 20 juillet dernier les autres Etats membres de l’UE d’une contamination au fipronil, mais elle disposait déjà d’indications avant cette date, selon M. Staes. «Les Etats doivent agir sans délai et il faut des amendes pour ceux qui ne le font pas», a-t-il estimé. Une opinion partagée par Ivo Belet (CD&V), selon lequel le RASFF est trop dépendant de «la volonté ou de l’absence de volonté de la part des agences nationales». Le chrétien-démocrate flamand demande d’ailleurs à la Commission de prendre rapidement des mesures pour corriger cette situation.

Le commissaire européen à la Santé Vytenis Andriukaitis a quant à lui défendu le RASFF, tout en reconnaissant que des améliorations pouvaient y être apportées. Il a rappelé que les ministres européens compétents se réuniront le 26 septembre prochain à Bruxelles pour aborder cette question.

(Belga)

A lire aussi en Volailles

L’abattage de porcs chute en Belgique, tandis que les bovins se maintiennent

Animaux En 2023, les abattoirs belges n’ont pas pu maintenir leur production au niveau de l’année précédente. C’est surtout la branche porcine qui a souffert, alors que du côté des viandes bovines la situation se stabilise. On fait le point après des années difficiles dues à la crise Covid-19 et la baisse de la demande étrangère (chinoise, notamment).
Voir plus d'articles