Les éleveurs de porcs finlandais toujours sur le fil du rasoir

Mika Vuorinen a repris en 2006 la ferme familiale qui compte un peu plus de 200 ha. Les cultures sont majoritairement destinées à l’engraissement des porcs.
Mika Vuorinen a repris en 2006 la ferme familiale qui compte un peu plus de 200 ha. Les cultures sont majoritairement destinées à l’engraissement des porcs. - ©Maataloustoimittajat

Au mois d’août, Mika Vuorinen, engraisseur de porcs, a reçu 1,60 €/kg de carcasse. Le marché se redresse. À un certain moment, il a dû se contenter de moins de 1,40 €/kg de carcasse. Avant l’embargo russe, le prix était de 1,80 €/kg.

Comment Mika tient-il le coup dans un marché aussi volatil ? « Il n’y a qu’une solution ! », explique-t-il. « Pour passer les années difficiles, il faut trouver d’autres occupations. Personnellement, j’utilise mes machines agricoles pour récolter de la tourbe, et dans le domaine de la...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct