Pas d’interdiction du chlorprophame dans l’UE

Pas d’interdiction du chlorprophame dans l’UE

Le chlorprophame est un anti-germinatif essentiellement utilisé dans la culture de la pomme de terre. Ce produit a la particularité de persister dans les matériaux des hangars ayant servi au stockage des pommes de terre. Selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), ce produit aurait de nombreux effets néfastes sur la santé humaine, notamment sur les reins, le sang, la rate, la thyroïde ou encore le foie.

Toujours selon l’EFSA, une surexposition au chlorprophame peut particulièrement affecter les enfants.

La Commission européenne souhaitait interdire ce produit, une mesure soutenue par la Belgique, mais a échoué lors d’un vote organisé vendredi - et plusieurs fois reporté - des États membres de l’Union européenne.

Pour que sa proposition d’interdiction soit adoptée, la Commission devait, d’une part, obtenir l’appui de 55% des Etats-membres et, d’autre part, que cette majorité représente au moins 65% de la population totale de l’UE.

«Bien qu’une majorité d’Etats-membres ait voté en faveur de l’interdiction, la majorité qualifiée n’a pas pu être atteinte», a déploré le ministre Denis Ducarme dans un communiqué.

Selon une source informée, 16 des 28 Etats-membres se sont prononcés pour l’interdiction, deux ont voté contre et 10 se sont abstenus. Le critère des 65% de la population n’a donc pas été atteint.

Selon Denis Ducarme, le dossier du chlorprophame devrait être envoyé au comité d’appel qui se réunira dans les prochaines semaines.

Le ministre belge a prévenu que la Belgique maintiendra sa position en faveur de l’interdiction de cette substance.

La position défendue par la Belgique s’inscrit dans le cadre des initiatives menées par le gouvernement fédéral depuis le début de la législature afin de réduire l’usage des pesticides.

Depuis le 1er janvier 2019, la totalité des 104 herbicides synthétiques encore présents sur le marché (soit près de la moitié des pesticides disponibles pour les amateurs), ont été interdits à la vente pour les particuliers. Une interdiction qui inclut les produits à base de glyphosate.

Le direct

Le direct