Chant du coq et fumier reconnus «patrimoine sensoriel» en France

L’idée est de protéger, au nom de ce patrimoine, certains bruits (d’animaux) et odeurs (de fumier par exemple) liés à la vie à la campagne.
L’idée est de protéger, au nom de ce patrimoine, certains bruits (d’animaux) et odeurs (de fumier par exemple) liés à la vie à la campagne.

L’histoire du coq Maurice a fait beaucoup jaser en France et même au-delà des frontières de l’Hexagone. Le gallinacé et ses propriétaires, vivant sur l’Ile d’Oléron, avaient été visés en 2019 par une plainte pour trouble anormal du voisinage de la part de leurs voisins retraités, excédés par le chant trop matinal de l’animal. Le tribunal correctionnel de Rochefort (Charente-Maritime) avait finalement rejeté en septembre dernier la plainte et imposé aux plaignants le versement de 1.000 euros de dommages et intérêts.

Mais l’histoire, symbole des...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct