Des menaces planent sur l’équilibre des marchés, malgré une croissance modérée de la composante laitière en 2020

Des menaces planent sur l’équilibre des marchés, malgré une croissance modérée de la composante laitière en 2020
P-Y L.

En 2020, le cheptel laitier de l’UE-27+UK continuera de baisser, à un rythme qui dépendra de l’année climatique, notamment de la météo estivale, mais aussi de la conjoncture laitière.

En France, le cheptel pourrait encore reculer fortement en 2020, les effectifs de génisses pour le renouvellement restant très faibles. Comme en 2019, les éleveurs pourraient mobiliser davantage les réserves de productivité de leur troupeau. En 2020, la production laitière française devrait au mieux se maintenir aux...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct