Accueil Economie

Le G20 promet un approvisionnement en nourriture «suffisant»

Les ministres de l’Agriculture des pays du G20 ont promis mardi de coopérer pour assurer un approvisionnement mondial «suffisant» en nourriture face au Covid-19, qui pourrait faire doubler le nombre de personnes au bord de la famine en 2020 selon les Nations unies.

Temps de lecture : 2 min

«Nous travaillerons ensemble pour aider à faire en sorte que de la nourriture saine et nutritive continue d’être accessible à tous en quantité suffisante et à des prix abordables, notamment pour les plus pauvres, les plus vulnérables et les déplacés», ont affirmé les ministres des vingt premières économies dans un communiqué. «Dans les circonstances éprouvantes actuelles, nous soulignons l’importance d’éviter les pertes et le gâchis de nourriture en raison des perturbations sur les chaînes d’approvisionnement, ce qui pourrait exacerber l’insécurité alimentaire (...) et entraîner des pertes économiques», ont-il ajouté à l’issue d’une réunion virtuelle organisée par l’Arabie saoudite, qui assure la présidence tournante du groupe.

Le confinement d’une grande partie de la population a plongé l’économie dans le chaos et les ministres du G20 ont affirmé travailler à éviter «une volatilité excessive des prix» sur les marchés internationaux. Selon eux, il est important que les restrictions liées au coronavirus ne créent pas «de barrières non nécessaires» au commerce et aux chaînes d’approvisionnement en nourriture. Selon un rapport du Programme alimentaire mondial (PAM), «le nombre de personnes souffrant de la faim pourrait doubler en raison de la pandémie de Covid-19 et atteindre plus de 250 millions d’ici la fin 2020». Le nombre de personnes au bord de la famine avait déjà nettement augmenté en 2019, passant de 113 à 135 millions de personnes, en raison des conflits, des problèmes climatiques et des chocs économiques, selon cette agence de l’Onu.

(Belga)

A lire aussi en Economie

Lait : après la pluie, le beau temps

Economie Secteur sensible s’il en est, le lait semble toujours sur le feu. Jan de Keyser, spécialiste Agriculture chez BNP Paribas Fortis, l’a surveillé au cours de ces derniers mois. Pour livrer quelques impressions et esquisser l’une ou l’autre tendance.
Voir plus d'articles