Pommes de terre: la météo pèse sur les arrachages

Le séchage s’impose dès les premières bennes lorsque elles contiennent des tubercules crottés, mouillés, ou présentant des pourritures ou des blessures.
Le séchage s’impose dès les premières bennes lorsque elles contiennent des tubercules crottés, mouillés, ou présentant des pourritures ou des blessures. - M. de N.

En raison des pluies importantes tombées depuis plusieurs jours, les arrachages étaient en général partout à l’arrêt, au début de la semaine. Dans son dernier avis, la Fiwap estimait à 5 à 10 % les surfaces belges récoltées de pommes de terre de conservation, contre 25 à 30 % aux Pays-Bas, 30 à 40 % en France et en Grande-Bretagne, plus de 50 % en Allemagne.

Faire preuve de prudence !

On prendra soin de ne pas arracher dans les zones envahies par des eaux stagnantes ! Rien ne sert de rentrer « de la misère » en cette nouvelle saison difficile pour le stockage et la commercialisation.

Dès que les conditions le permettront et que les premières bennes rentreront dans les hangars, n’oubliez pas que tout ce qui peut favoriser les courants d’air dans les bâtiments ne peut être que positif ! Portes grandes ouvertes, volets d’entrée d’air ouverts, ventilateurs mobiles placés devant le tas.

En présence de pommes de terre très crottées, mouillées et / ou manifestant des problèmes de pourritures ou de blessures, « le séchage s’impose dès les premières bennes ! S’il le faut, avec l’aide d’un canon à chaleur », recommande la Fiwap.