Fruits et légumes: pas de nouvelles mesures face à l’embargo russe

Aucune nouvelle mesure de soutien au secteur fruits et légumes n’est prévue par la Commission européenne en lien avec les dommages causés par l’embargo russe.
Aucune nouvelle mesure de soutien au secteur fruits et légumes n’est prévue par la Commission européenne en lien avec les dommages causés par l’embargo russe. - M. de N.

Le président de la commission de l’Agriculture du Parlement européen, Czesław Adam Siekierski, a demandé il y a peu en séance plénière à Phil Hogan s’il prévoyait de nouvelles mesures de soutien aux producteurs européens de fruits et légumes pour les aider à faire face à l’embargo russe. Mais le commissaire européen s’est contenté de rappeler les actions qu’il avait mises en place depuis trois ans : une aide totale de 490 millions € ayant conduit au retrait de 1,7 million de tonnes de fruits et légumes. Ces mesures temporaires ont été prolongées jusqu’au 1er juillet 2018.

De nouveaux débouchés?

Le commissare européen a néanmoins admis que le problème n’était pas résolu. «En parallèle, nous travaillons à l’ouverture progressive de nouveaux marchés pour les pommes de l’Union européenne en levant les barrières sanitaires et phytosanitaires, en particulier en Asie, dans des pays comme la Chine, l’Inde et le Vietnam, ainsi que dans les pays américains, en particulier aux États-Unis et au Canada, a souligné Phil Hogan.

Et celui-ci d’afficher sa déception que les États-Unis n’aient pas tenu leur promesse d’ouvrir le marché des fruits à la Pologne et à la Belgique en particulier, comme ils l’avaient affirmé il y a quelque temps.

Enfin, le commissaire européen s’est dit ouvert pour examiner des demandes de mesures structurelles de la part des États membres dans le cadre de la modification des programmes de développement rural.