La Belgique plaide pour davantage d’autonomie protéique

«
Devenir autonomes nous permettra de nous passer de produits importés dont l’impact environnemental est particulièrement négatif
», souligne le ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme
« Devenir autonomes nous permettra de nous passer de produits importés dont l’impact environnemental est particulièrement négatif », souligne le ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme - J.V.

L’Union européenne importe près de 90 % de ses besoins en protéines végétales (maïs, soja…), essentiellement en vue de nourrir le bétail. Ces importations rendent non seulement l’Europe dépendante de pays tiers (tels que le Brésil, les États-Unis et l’Argentine), mais elles ont aussi un impact sur l’environnement (déforestation et pollution due aux transports, notamment).

Face à ce constat, la Belgique a demandé à l’Europe de renforcer le soutien financier aux agriculteurs produisant des...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite

Je suis abonné au journal Le Sillon Belge:


j'ai déjà d'un compte en ligne
Je me connecte

Je n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct