Sur le fond, Fabroca yest favorable; sur la forme…

Fabroca veut être partie prenante du projet génomique quand il s’agira de travailler sur  les critères fonctionnels tels que la vitalité, la fécondité ou la qualité de la viande.
Fabroca veut être partie prenante du projet génomique quand il s’agira de travailler sur les critères fonctionnels tels que la vitalité, la fécondité ou la qualité de la viande. - P-Y L.

S ur le fond, le centre de distribution de sperme B-BB est en faveur de la génomique et de toutes les avancées scientifiques qui permettront à la race de mieux préparer son avenir et de gagner des parts de marché tant au niveau belge qu’international.

Par contre, l’entreprise considère que :

– le projet proposé ne répond pas du tout au principe de transparence tant au niveau du budget proposé (une somme de 900.000 euros a été évoquée sans la moindre explication) que des sources de financement. Le projet est largement soutenu par l’awé asbl et les universités. Ces institutions sont soutenues par de l’argent public. Personne n’a pris la peine d’expliquer clairement la répartition de l’investissement. Personne n’a proposé de montant à investir par les centres privés. Si les promoteurs du projet avaient eu réellement l’intention d’attirer les centres privés dans un projet global, les objectifs scientifiques, les budgets et les sources de financement auraient été présentés de manière transparente et concrète ;

– le projet actuel est basé sur l’amélioration des critères de conformation décrits par la cotation linéaire. Or, pour la firme, s’il s’agit de la longueur, la taille ou la musculature, la génomique n’est pas essentielle puisque, contrairement au bétail laitier, ces critères de productivité sont visibles à l’œil nu. Le centre de distribution de semences BBB a déclaré être intéressé d’être partie prenante du projet génomique quand il s’agira de travailler sur les critères fonctionnels tels que la vitalité, la fécondité ou la qualité de la viande ;

– le fait de baser le projet sur les phénotypes relevés en ferme par les agents de l’awé asbl au travers des cotations linéaires et sur les génotypes analysés par l’ULiège avec financement des éleveurs dans le cadre de la recherche des tares est la preuve que les informations qui en découlent ne sont pas la propriété exclusive de l’awé commerciale et de BBG. Elles appartiennent aux éleveurs. Il n’y a donc aucune raison de les priver de l’information disponible sur les taureaux des différents centres. Il s’agit clairement d’un abus de position dominante.

– la communication sur ce projet est une nouvelle preuve de la collusion totale entre les formes commerciale et asbl de l’awé qui visent à écarter les sociétés privées actives dans la sélection BBB. Les nouveaux noms d’Inovéo et Elévéo ne changent rien à cette réalité. Elle est aussi la preuve du choix politique assumé depuis des années par la Région wallonne d’un soutien par les autorités publiques de l’entreprise dominante et du non-respect des règles de concurrence loyale recommandées par l’Union européenne.

Le centre d’insémination privé prend acte de cette orientation et espère une réaction des autorités politiques. Si ce n’est pas le cas, elle envisage dès à présent de faire appel aux institutions juridiques compétentes pour remettre l’église au milieu du village sans toutefois douter que, lorsqu’il s’agira d’évaluer les critères de sélection probants pour le revenu de l’éleveur, ses taureaux seront de nouveau plébiscités !

Benoit Cassart

Le direct

Le direct