Duo magique ou infernal?

Duo magique ou infernal?

De l’eau, du gaz carbonique et l’énergie lumineuse du soleil, pour donner du glucose et de l’oxygène ! À l’inverse, le glucose « brûlé » par l’oxygène restitue ses deux composantes et de l’énergie. Celui qui a inventé ça était un malin, car ce glucose peut servir ensuite à faire pousser les plantes, le phytoplancton, les algues, lesquels sont mangés par les autres êtres vivants, les « hétérotrophes » : bactéries, virus, champignons, animaux. Notre vie sur Terre tient de la magie, mais ses tours de passe-passe font partie de notre quotidien et nous en oublions ses principes premiers. Eau et gaz carbonique : tout part de ce duo ensorcelé !

De l’eau !! Nous avons eu notre compte durant l’été. Elle nous a arrosés, inondés, noyés par vagues successives ! Les nuées sombres de ses nuages ont masqué le soleil et refroidi nos journées. Nous avons disposé d’à peine quelques jours pour récolter des fourrages en juin et juillet, de quelques fenêtres de beau temps pour moissonner les céréales abîmées par les pluies continues ! Par contre, les prairies ont poussé comme jamais, verdoyantes et luxuriantes. Preuve en est faite, une fois de plus : pour fonctionner, la photosynthèse a besoin d’eau ! Les arbres, cette année, ont réalisé des pousses phénoménales. J’ai mesuré une croissance de deux mètres cinquante chez des frênes de 10 ans ; les haies vives semblent ’’éclater’’ en hauteur et en largeur. Le maïs fait plus de trois mètres sous la toise ! L’an dernier, et lors des deux années précédentes, tout était sec au mois d’août. Les pâtures ressemblaient à des steppes pelées, parsemées d’étoupes. En cette fin de mois d’août 2021, les herbes sont abondantes et drues, et les vaches exultent au milieu de cette exubérance. Même la Famenne ne crie pas famine !

Et du gaz carbonique !! Ce bon vieux dioxyde de carbone n’a jamais fait autant parler de lui. Il est, sans conteste, de plus en plus présent dans l’air que nous respirons, parce que notre monde moderne brûle des stocks de « glucose » fossile photosynthétisé voici des centaines de millions d’années. Oups ! Nous nous chauffons au soleil du Carbonifère et du Dévonien. « C’est de la triche ! », diraient les enfants. La photosynthèse d’aujourd’hui ne nous suffit plus, puisque nous « mangeons » sans vergogne le double de ce qu’elle nous offre, et même le quintuple dans nos pays riches. Notre faculté de produire le nécessaire et le superflu ne connaît plus de limite ! Cette crise de l’abondance nous pose deux gros problèmes : un jour ou l’autre, seront épuisées les réserves de soleil du Paléozoïque mises au frais dans les entrailles de la Terre sous forme de charbon et pétrole ; tout le gaz carbonique issu de ces millénaires lointains se retrouve dans l’atmosphère et engendre le terrifiant effet de serre.

Eau et gaz carbonique : duo magique et infernal !! L’équilibre entre photosynthèse et combustion-respiration est aujourd’hui rompu. L’homme est un grand enfant, naïf et insouciant. Il attend qu’un gros grêlon lui abîme le coin de la figure pour croire – enfin ! – que le ciel risquerait bien tout de même de lui tomber sur la tête. Nous avons eu un aperçu cet été… Mais d’où vient toute cette eau ? De l’évaporation des océans surchauffés ? Peut-être aussi de la combustion des milliers d’hectares de forêts envolés en fumée, du Dixie Fire en Californie, de l’île d’Eubée en Grèce, de Turquie, d’Italie, de Sibérie ? Et oui, en toute logique, la fumée des incendies contient autant de molécules d’eau que de gaz carbonique, par la réaction inverse de la photosynthèse… La pluie, qui arrose si généreusement nos herbages et donne le mildiou à nos pommes de terre, contient peut-être – qui sait ? –, des molécules d’eau qui étaient coincées auparavant sous forme de cellulose dans des pins de Sibérie ou des séquoias de Californie ??

Le mariage entre H2O et CO2 capte de l’énergie, et son divorce la restitue. L’équation est simple. Pour reprendre du CO2 hors de l’atmosphère dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, il faudrait dès lors que les végétaux disposent d’eau à volonté, sinon le duo magique n’entamera aucun pas de chlorophy-danse, en l’absence de l’un des partenaires. Sans malice, La Palice en eût dit autant ! Le cycle du carbone tourne autour de l’axe photosynthèse-respirocombustion, mais celui-ci est faussé par notre monde de surconsommation. Sapristi, il faudrait bien réparer tout cela, régler le carburateur avant que le moteur n’étouffe et ne cale ! Le duo magique H2O-CO2 risque bien un jour de punir notre désinvolture et notre gourmandise…

Le direct

Le direct