Les semences enrobées au Gaucho 70 WS autorisées pour la campagne betteravière 2022

L’utilisation de semences traitées  au Gaucho 70 WS est soumise  au respect de règles strictes.
L’utilisation de semences traitées au Gaucho 70 WS est soumise au respect de règles strictes. - J.V.

Le Service Produits phytopharmaceutiques et Engrais communique aux agriculteurs qu’une autorisation « 120 jours » a été délivrée en vue d’autoriser le semis de semences de betteraves sucrières enrobées avec le Gaucho 70 WS (70 % imidacloprid). L’autorisation couvre la période allant du 15 février 2022 au 14 juin 2022 moyennant le respect de certaines conditions.

Ainsi, le semis ne peut être effectué que par des producteurs qui peuvent démontrer qu’ils appliquent les principes de la lutte intégrée (IPM). Par ailleurs, la profondeur d’enfouissement des semences traitées doit être de minimum 3 cm.

Dans les deux années suivant le semis

Durant les deux années faisant suite au semis des semences traitées, seules les cultures (y compris les cultures intermédiaires) qui ne fleurissent pas ou qui ne sont pas visitées par les abeilles peuvent être cultivées.

Ces cultures, listées également à l’annexe 1 de l’acte d’autorisation, sont : ail, aneth (consommation des feuilles et/ou tiges), asperge en champs de production, asperge en champs de production plein air, asperge plein air, avoine, avoine pour la production de semences, avoine de printemps, avoine d’hiver, bette (blette), betterave rouge, betteraves, betteraves fourragères, betteraves sucrières, carottes, céleri (à côtes, blanc et vert), céleri à couper, céleri-raves, cerfeuil (consommation des feuilles et/ou tiges), cerfeuil musqué (consommation des feuilles et/ou tiges), chicorée, chou brocoli, chou chinois, pakchoï, pakchoï en rosette et komatsuna, chou de Bruxelles, chou frisé (chou palmier), chou moëllier et chou fourrager, chou-fleur (blanc et vert), chou-navet, rutabaga, chou-rave, choux pommés (blanc, rouge, chou cabus et chou de Savoie), ciboulette (consommation des feuilles et/ou tiges), culture de graminées, culture de graminées (production de semences), culture de racines de witloof, échalote, endives, radicchio rosso, pain de sucre, épeautre, épeautre d’hiver, épeautre de printemps, épinard, estragon (consommation des feuilles et/ou tiges), fenouil, fléole des prés/timothée, froment, froment d’hiver, froment de printemps, gazons et pelouses (à l’exception des terrains de golf), grand milet, jeunes pousses (récoltées jusqu’au stade 8 vraies feuilles), laitues, mâche, mélisse (consommation des feuilles et/ou tiges), miscanthus (herbe à éléphant), navet, oignon, oignons de printemps, orge, orge de printemps, orge d’hiver, panais, persil (consommation des feuilles et/ou tiges), persil à grosses racines, poireau, poireau (pépinière), prairies, radis, radis noir et radis rave, raifort, ray-grass anglais, ray-grass italien, romarin (consommation des feuilles et/ou tiges), roquette, scorsonère, seigle, seigle de printemps, seigle d’hiver, tabac, terrains de golf, triticale, triticale d’hiver, triticale de printemps et cultures intermédiaires à la condition que les floraisons soient évitées de manière mécanique.

Par la suite

Par la suite, et durant au minimum les cinq années faisant suite au semis des semences traitées, seules les cultures reprises en annexe 1 (voir ci-dessus) et en annexe 2 (voir ci-dessous) de l’acte d’autorisation peuvent être cultivées. L’annexe 2 regroupe une liste de cultures peu visitées par les abeilles.

Les cultures (reprises en annexe 2 des actes d’autorisation) pouvant être semées/plantées à partir de la troisième année suivant une culture de betteraves sucrières dans laquelle les semences ont été traitées avec Gaucho 70 WS sont : angélique, culture de plants de pommes de terre, lin à fibre, maïs, maïs doux et pommes de terre.

Pour la dernière fois ?

Étant donné que l’approbation de la substance active imidacloprid n’a pas été renouvelée au niveau européen, on peut s’attendre à ce qu’à l’avenir les données disponibles soient insuffisantes pour vérifier si les produits phytopharmaceutiques concernés satisferont toujours aux exigences d’autorisation de plus en plus strictes. Dans ces conditions, le Comité d’agréation des pesticides à usage agricole est d’avis qu’il ne sera pas possible de répéter cette mesure d’urgence l’année prochaine.