Accueil Législation

Fréquentation des chemins et sentiers forestiers et campagnards: un appel à davantage de sérénité et moins d’incivilités

Se promener dans les forêts et campagnes est une activité agréable pour tout un chacun, « mais on ne peut pas pour autant circuler n’importe où », clame le « Collectif ruralité ». Ce dernier, reconnaissant que la majorité des promeneurs sont de bonne foi, en appelle toutefois au respect de la propriété privée et des lois, pour que ruralité rime avec paisibilité.

Temps de lecture : 6 min

Indéniablement, la Wallonie dispose d’atouts en matière de tourisme vert : randonnées, gîtes, parcs naturels, forêts… Un potentiel que bon nombre de nos concitoyens ont découvert (ou redécouvert) durant la crise sanitaire et, peut-être un peu plus encore, à l’occasion des épisodes de confinement qu’elle a engendrés. Ne sont plus rares ceux qui envisagent désormais de passer un week-end ou leurs vacances au sein même de notre Région. Les activités récréatives liées à la ruralité s’étoffent donc de plus en plus.

À ce titre, les promeneurs, randonneurs, cyclistes, joggeurs…, qu’ils soient occasionnels ou réguliers, sont également de plus en plus nombreux. « En corollaire, les dérives et incivilités suivent la même tendance », dénoncent plusieurs associations de propriétaires réunies au sein du « Collectif ruralité ». Et d’appuyer leur propos par le fait qu’un nombre croissant de leurs membres dénonce « des comportements inadéquats, inciviques, excessifs, voire, dans les cas plus extrêmes, violents ».

Manque de considération du bien d’autrui

« Notre région est un des plus peuplée et urbanisée d’Europe. La répartition des activités humaines sur le territoire doit être aménagée dans un esprit de cohabitation et de respect de chacun. En effet, les zones rurales accueillent également des activités professionnelles agricoles et forestières, de nombreux habitants et une faune et une flore riches qui ont besoin de calme et de quiétude. L’organisation des activités de chacun doit donc se faire en harmonie entre tous les acteurs, dans le respect de toutes et tous », détaille Philippe de Wouters, directeur de la Société royale forestière de Belgique.

Or, le « Collectif ruralité » estime que ces notions de respect et de cohabitation ne sont plus systématiquement de mise. Et Bernard de Gerlache de Gomery, président de l’Association royale des demeures historiques et jardins de Belgique, d’ajouter : « Depuis quelque temps, un certain activisme tente de modifier les règles d’usage actuelles et jette le doute sur les itinéraires et les règles de circulation en milieu rural auprès des communes et des usagers. Cela n’est, également, pas sans impact sur la quiétude des lieux ».

Les associations partenaires favorisent l’utilisation de panneaux didactiques  pour informer les promeneurs, telle cette « Charte du promeneur »  que l’Union des agricultrices wallonnes incite à placer en bordure de champ.
Les associations partenaires favorisent l’utilisation de panneaux didactiques pour informer les promeneurs, telle cette « Charte du promeneur » que l’Union des agricultrices wallonnes incite à placer en bordure de champ. - J.V.

Les associations dénoncent le fait que certains usagers piétinent des semis et jeunes plantations forestières (bien que ce ne soit pas toujours volontaire), effarouchent le bétail en traversant des prairies, laissent leur chien courir dans les prairies et forêts au risque d’effrayer les animaux y vivant, arrachent des panneaux signalant des propriétés privées, endommagent des clôtures… Bref, selon les dires du collectif, certains usagers ne se soucient guère du bien d’autrui. Et ce n’est pas l’intensification des activités socio-récréatives qui va arranger la situation, malgré l’existence de plusieurs lois et règlements.

Le « Collectif ruralité » dénonce encore que « certaines associations, notamment actives dans la mobilité douce, diffusent de fausses informations sur les règles de circulation auprès des promeneurs et se permettent de dénigrer la propriété privée ». Il craint encore que « ces comportements favorisent le recours à la violence et à la justice privée ».

Harmonie et paisibilité, dans le respect des lois

« Aujourd’hui, nous sommes favorables à la cohabitation de toutes et tous en milieu rural, tant professionnellement que socialement, mais cela ne peut se faire que dans le respect strict des lois », enchaîne Séverine Van Waeyenberge, secrétaire générale de l’Association des propriétaires ruraux de Wallonie (NTF). Le collectif y voit, là, une condition sine qua non pour que règnent harmonie et paisibilité dans les campagnes et forêts wallonnes.

Son association, comme les dix autres, est d’ailleurs convaincue que la majorité des usagers agit de bonne foi et ne cherche pas le conflit. C’est pourquoi elles favorisent l’usage de panneaux didactique (voir photo) et incitent leurs membres à se montrer pédagogues vis-à-vis des promeneurs et autres cyclistes empruntant un chemin qui ne leur est peut-être pas destiné.

« Nous recherchons l’équilibre entre  le besoin de chacun de vouloir profiter  de la nature qui nous entoure, le respect  de la propriété privée et le respect du travail de tous les acteurs de la ruralité », soutient Séverine Van Waeyenberge.
« Nous recherchons l’équilibre entre le besoin de chacun de vouloir profiter de la nature qui nous entoure, le respect de la propriété privée et le respect du travail de tous les acteurs de la ruralité », soutient Séverine Van Waeyenberge. - J.V.

Toutefois, face aux dérives de certains, le « Collectif ruralité » rappelle que « tout propriétaire peut clôturer son bien et mettre des panneaux d’interdiction d’accès à sa propriété », que « nul ne peut être dépossédé de sa propriété privée sans être exproprié légalement et avec indemnisation » et ajoute que « la forêt publique et privée est accessible au public uniquement sur les chemins et sentiers et conformément aux balisages ».

Les partenaires insistent fortement sur le fait que « seules les communes sont compétentes pour créer, confirmer, supprimer, déplacer des voiries communales » et que « nul ne peut se faire justice à lui-même, personne ne peut détruire ou arracher des clôtures ou des panneaux ». « En cas de doute quant à la nature d’une voirie, il convient de s’adresser à la commune », ajoutent-ils.

Des revendications adressées aux autorités

« Nous souhaitons, outre le respect des lois, que la Région wallonne dresse une cartographie des chemins et sentiers accessibles au grand public et poursuive son travail de balisage, également en terrain privé moyennant l’accord des propriétaires », continue Frédéric Petit, président de NTF. L’objectif, ici, est d’éviter les intrusions intempestives dans les propriétés privées.

« Les communes, seules compétentes en la matière, doivent disposer de moyens suffisants pour mettre à jour leur réseau de voiries communales et organiser un processus légal et démocratique d’actualisation de ces voies publiques », insiste-t-il encore. M. Petit constate, en effet, que certaines communes ont entamé ces démarches d’actualisation mais manquent des moyens nécessaires pour les compléter et les terminer. Par ailleurs, ces mises à jour doivent être accessibles à tout un chacun, afin qu’il ne règne aucune ambiguïté quant à la possibilité d’emprunter tel chemin ou tel sentier.

Cette actualisation, couplée à la mise en place de la cartographie officielle susmentionnée, apparaît d’autant plus nécessaire qu’à la situation décrite par le « Collectif ruralité » s’ajoutent les éléments suivant. D’une part, l’Atlas de voiries vicinales, censé référencer l’ensemble des chemins et sentiers wallons, date de 1841 et ne reflète plus la réalité du terrain. D’autre part, le décret sur la voirie communale, pris en 2014 par le Gouvernement wallon, prévoyait la réalisation de ladite cartographie officielle mais ne peut entrer en vigueur. En effet, l’arrêté d’exécution nécessaire à son application demeure inexistant…

J. Vandegoor

A lire aussi en Législation

Bail saisonnier de culture: une requalification en bail à ferme est-elle possible?

Droit rural Je suis agriculteur à titre complémentaire et, depuis quelques années, je donne certaines de mes terres en bail saisonnier. Je suis désormais en discussion avec l’un des agriculteurs qui occupait l’une de mes parcelles. Il prétend être preneur d’un bail à ferme car il conteste le fait que j’ai réalisé moi-même les travaux préparatoires. Comment puis-je, après si longtemps, prouver que j’ai bien fait ces travaux ?
Voir plus d'articles