Toyota Hilux Invincible: il sait plus que jamais tout faire

Le nouveau moteur 2,8 l  (204 ch) apporte un agrément  de conduite indéniable  par rapport  au 2,4 l.
Le nouveau moteur 2,8 l (204 ch) apporte un agrément de conduite indéniable par rapport au 2,4 l.

La réputation de solidité et de labeur du Toyota Hilux n’est plus à faire ! Mais pour certains utilisateurs, l’unique moteur 2,4 l 150 ch était un peu trop « juste ». Surtout quand en face, la concurrence a sérieusement musclé ses gammes.

Le géant japonais remédie au problème en ajoutant à son millésime 2021 un tout nouveau moteur 2,8 l 204 ch, un quatre cylindres carburant naturellement au diesel. Ce moteur répond évidemment aux dernières normes environnementales et s’équipe pour ce faire d’un filtre à particules, d’un système de réduction catalytique sélective avec injection d’AdBlue, et d’un catalyseur d’oxydation diesel. Des dispositifs dont profite également le 2,4 l mis à jour.

Presqu’un SUV ?

Les changements techniques ne se cantonnent pas sous le capot. Le châssis du Hilux a également reçu son lot d’améliorations, à commencer par les suspensions arrière. Celles-ci adoptent de nouveaux ressorts et des amortisseurs réglables censés procurer un « confort de conduite et la stabilité d’un SUV » d’après le constructeur. Des propos qu’il convient de tempérer : oui, le Hilux est nettement plus confortable qu’auparavant, avec notamment un train arrière moins sautillant à vide, et un amortissement moins sec sur route dégradée. Mais de là à oser la comparaison avec un SUV, il y a un pas que nous ne franchirons pas.

Il en est de même pour le dynamisme vanté par Toyota. Là encore, reconnaissons qu’avec sa direction retravaillée qui procure nettement plus de précision, et ses accélérations franches (10,7 secondes sur le 0 à 100 km/h), le comportement routier du Hilux 2020 surpasse toutes les générations précédentes. Mais l’implication de Fernando Alonso – pilote officiel Toyota au Dakar – n’a pas suffi à en faire un pick-up sportif comme peut l’être le Ford Ranger Raptor, par exemple.

En fait, avec sa cylindrée généreuse et son ralenti placé très bas, ce nouveau moteur permet de rouler sur un filet de gaz, en profitant du couple généreux de 500 Nm (avec la boîte auto 6 rapports) disponible dès 1.600 tr/min, comme on le ferait avec un très gros moteur. C’est surtout là qu’il marque un vrai gain d’agrément sur la route.

Plus polyvalent que jamais

Toutefois, bien peu d’acheteurs font des prestations dynamiques un critère de choix pour leur pick-up. En revanche, la polyvalence et les aspects pratiques sont primordiaux, a fortiori pour ceux dont le véhicule devra servir tant pour le travail que pour les sorties en famille. C’est à ceux-là que s’adresse le nouveau Hilux Invincible en finition orientée loisirs, qui prend place au sommet de la gamme.

Celle-ci se distingue par une présentation plus musclée, caractérisée par une face avant inédite à la calandre plus massive encore que sur les autres modèles. Les flancs s’équipent de protections en plastique supplémentaires sur les passages de roues et un solide marchepied souligne le caractère baroudeur de l’ensemble. À l’arrière, l’acheteur peut opter pour de larges stickers « Invincible » sur la benne pour souligner le caractère exclusif de son Hilux. Et comme sur les autres versions, Toyota laisse le choix entre une dizaine de couvre-benne, arceaux et hard-top, mais aussi quelque 300 accessoires pour adapter le pick-up à chaque usage.

A bord, l’ambiance est soignée, tant en termes d’équipements que de présentation.
A bord, l’ambiance est soignée, tant en termes d’équipements que de présentation.

En tant que finition haut de gamme, l’Invincible soigne ses occupants avec un accès et démarrage mains-libres, une sellerie et un volant en cuir, des inserts façon aluminium brossé et un éclairage d’ambiance bleuté dans l’habitacle. Sans oublier bien sûr le système multimédia signé JBL disposant d’une connectivité étendue avec les smartphones et pour lequel Toyota précise avoir volontairement conservé les boutons physiques pour un usage plus pratique sur terrain difficile. Bravo !

Toujours prêt !

Car son comportement routier amélioré ne doit pas éclipser les capacités tout-terrain exceptionnelles du Hilux, encore renforcées par un blocage de différentiel à glissement limité électronique en mode deux roues motrices. Si cela ne suffit pas, il est évidemment toujours possible d’engager manuellement les 4 roues motrices via une molette au tableau de bord ; voire la gamme de vitesses courtes pour les situations les plus précaires. Avec tout cela, et une garde au sol de 310 mm, le Hilux peut traverser des gués d’une profondeur de 70 cm. De quoi passer partout !

Stéphane Lémeret

En quelques chiffres

Moteur : diesel ; 2.755 cc ; 204 ch à 3.400 tr/min. ; 500 Nm de 1.600 à 2.800 tr/min. ;

Transmission : aux quatre roues ;

Boîte : automatique à 6 rapports ;

L/l/h (mm) : 5.325/1.900/1.815 ;

Poids à vide (kg) : 2.125 ;

Charge utile (kg) : 1.085 ;

Volume utile (m³) : nc ;

Poids maximum tractable (kg) : 3.500 ;

Réservoir (l) : 80 ;

0 à 100 km/h (sec.) : 10,7 ;

V-max (km/h) : 175 ;

Conso. Mixte (l/100km) : 9,5 ;

CO2 (g/km) : 248 ;

Prix (€ HTVA) : 47.000€.