Le capital-terre

Le capital-terre
DJ

Nous vivons dans un monde aux dimensions finies, non extensibles à l’infini. Les terres agricoles, malgré les défrichages sauvages de zones naturelles, régressent chaque année d’environ un million d’hectares (selon un rapport de la FAO), perdus au profit des zones urbaines et industrielles, des infrastructures de transport, de la progression des déserts. Un million d’hectares, c’est à un cinquième près l’équivalent de la SAU de notre Belgique ! C’est dire si la pression va s’accentuer dans les décennies à venir, si l’on tient compte également de la démographie mondiale lancée au grand...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct