Les pluies ont aussi arrosé les pommes de terre

Les pluies tant attendues sont arrivées, avec localement quelques excès qui ont pu éroder des buttes et découvrir plus encore des tubercules déjà partiellement exposés à la lumière du jour. Ce type de dommages doit être bien évalué anticipativement à l’arrachage et au stockage.
Les pluies tant attendues sont arrivées, avec localement quelques excès qui ont pu éroder des buttes et découvrir plus encore des tubercules déjà partiellement exposés à la lumière du jour. Ce type de dommages doit être bien évalué anticipativement à l’arrachage et au stockage. - M. de N.

Les tubérisations en Fontane (voir photo ci-dessous) sont parfois bonnes – plus de 15 tubercules par motte – mais en moyenne plutôt faibles (11 à 12 tubercules par plante) dans les 31 parcelles de référence du réseau de la Fiwap, Carah, Pca et Inagro. Lorsque les plantes ont bien tubérisé, les gros calibres sont absents… sauf dans les terres où les précipitations ont été suffisantes, ce qui est très rare!.

Tuberisations de Fontane, le 22 septembre, en Hesbaye namuroise.
Tuberisations de Fontane, le 22 septembre, en Hesbaye namuroise. - Fiwap

Quelles perspectives de rendements en Europe?

D’après le bulletin MARS (Suivi des ressources agricoles par satellites) de septembre 2020, la récolte totale dans les 27 états-membres de l’UE sera équivalente à la moyenne pluriannuelle. La récolte sera inférieure à la moyenne en Espagne, mais elle sera supérieure à celle-ci notamment en Hongrie, Tchéquie, Slovaquie et Roumanie.

Les précipitations sur les îles britanniques, couplées à la faiblesse de la livre sterling (GB) et le Brexit ne devraient pas permettre grand chose en termes d’ exportations vers l’Irlande et la Grande Bretagne.

Les rendements moyens à l’échelle de l’UE-27 s’établiraient autour de 32,8 t/ha (entre 42,8 t/ha aux Pays-Bas et 17, 1 t/ha en Bulgarie. Pour la zone du nord-ouest de l’Europe (Allemagne, Belgique, France, Pays-Bas et Grande-Bretagne), la moyenne tournerait autour de 41,8 t/ha.

La zone Hambourg-Francfort-Paris-Le Havre, aussi connue sous le nom de Kartoffelgürtel (ceinture pommes de terre) a été particulièrement affectée par la sécheresse et la canicule. Cette région a connu des températures moyennes supérieures de 4 à 6°C par rapport à la normale, entre le 1er août et le 5 septembre. On y a également enregistré entre 2 et 6 jours dits «chauds », avec une température au-delà de 35°C.

D’après AMI GmbH, la récolte des 27 de l’Union européenne devrait être de 54,8 Mt (millions de tonnes), soit 3,57 Mt en plus que la récolte 2019 qui s’établissait à 51,23 Mt. La dernière récolte au-dessus de 54,8 Mt était celle de 2017 avec 56,38 Mt.

D’une situation trop sèche à un excès d’humidité?

La Fiwap, note encore, le 29 sepembre, que «depuis le milieu de la semaine passée, il est tombé en général entre 60 et 140 l/m² à travers le pays». En fonction des quantités totales et du type de terre, ce total est parfait ou déjà excessif, surtout en regard de nouvelles précipitations annoncées tout au long de la semaine…

Et de rappeler qu’il faut idéalement un délai d’attente entre des précipitations importantes (particulièrement après une sécheresse prolongée) et l’arrachage. Il faut que le tubercule se réhydrate, que la turgescence au sein de différentes zones du tubercule se rééquilibre.

«En tout état de cause, soyez attentifs aux éventuelles zones où l’eau a stagné (zone à marquer, et à ne pas récolter ou en tout cas à stocker à part) et où l’eau (et le passage des roues du pulvérisateur) a érodé les buttes, découvrant des tubercules et provoquant le verdissement. Là aussi, après évaluation du risque, envisagez de ne pas arracher et/ou de stocker distinctement!»