Accueil Céréales

Azote: une utilisation alliant performances phytotechniques et économiques

La hausse subite du prix de l’azote fait actuellement planer de nombreuses incertitudes sur la saison 2021-2022. Cette année plus que jamais, l’utilisation des engrais azotés devra être raisonnée afin de réaliser des économies substantielles au niveau des coûts de production.

Temps de lecture : 3 min

Depuis toujours, les prix de l’azote et du froment sont soumis à de nombreuses fluctuations. Mais ces derniers mois, le prix de l’azote n’a cessé de grimper pour atteindre des niveaux historiques. En un peu moins d’un an, ce prix a presque été multiplié par quatre, passant de 180 à 640 euros/t. Heureusement, le prix des céréales a aussi augmenté cette année, ce qui a permis d’atténuer quelque peu les effets provoqués par l’envolée des cours de l’azote.

Le rapport prix azote-froment

Le rapport prix azote-froment est utilisé chaque année dans le Livre Blanc de février afin de déterminer la fumure optimale sur le plan économique (le rendement économique).

Ce ratio représente la quantité en kg de froment qu’il faut pour payer une unité d’azote. Depuis 2011, la valeur de ce ratio a toujours oscillé entre 3,8 et 8,5. Mais avec les prix actuels, ce ratio n’a jamais été aussi élevé que maintenant (9,8 en janvier 2022). Un kilogramme d’azote correspond donc à 9,8 kilogrammes de froment (1 kg N = 9,8 kg de froment).

Selon plusieurs scénarios

Même si à l’heure actuelle, il existe encore de nombreuses interrogations sur l’évolution des prix de l’azote mais aussi des céréales, plusieurs scénarios peuvent être envisagés pour anticiper au mieux la saison 2022 et faire les meilleurs choix pour la suite. Le tableau 4 reprend les résultats de 5 années dernières d’essais fumure pour lesquels l’optimum économique a été calculé selon différents rapports prix azote-froment. Chacun de ces rapports correspond à un scénario différent.

– Rapport 10 : Le scénario actuel avec un prix de l’azote (640 €/t) et du froment élevé (240 €/t) ;

– Rapport 6 : Un scénario dans lequel le prix de l’azote chute (490 €/t) et celui du froment augmente (300 €/t) ;

– Rapport 8 : Un scénario dans lequel le prix de l’azote se maintient (640 €/t) et celui du froment augmente (300 €/t) ;

– Rapport 12 : Un scénario dans lequel le prix de l’azote se maintient (640 €/t) et celui du froment diminue (200 €/t).

09-3336-FROMENT4-web

Le rendement phytotechnique maximal est obtenu avec des fumures comprises entre 195 et 360 kg N/ha. Sur le plan économique, le rendement optimal pour un rapport compris entre 6 et 8, est obtenu avec des fumures variant entre 120 et 240 kg N/ha.

Si ce rapport continue d’augmenter, seules les fumures comprises entre 120 et 180 kg N/ha resteront encore pertinentes sur le plan économique. Néanmoins, ces résultats sont fort variables d’une année à l’autre. Pour certains essais, il existe un différentiel important entre les fumures permettant d’atteindre le rendement phytotechnique maximal et les fumures optimales sur le plan économique. À l’inverse, certaines années, la fumure qui maximise le rendement phytotechnique est également celle qui permet d’atteindre l’optimum économique.

De combien puis-je réduire la dose d’azote ?

Dans ce contexte, la question est finalement de combien d’unités peut-on réduire la dose d’azote pour à la fois garantir un certain niveau de rendement mais aussi diminuer les charges liées à la fertilisation. Une question pour laquelle il est évidemment difficile de donner un avis tranché car la réponse de la culture à l’azote est fortement variable d’une année à l’autre et dépend également du contexte pédo-climatique. Même si la situation venait à s’aggraver (scénario avec le rapport 12), les fumures comprises entre 120-180 kg N/ha permettraient encore d’atteindre l’optimum économique. Cette année plus que jamais, les engrais azotés devront donc être utilisés avec parcimonie pour allier performances phytotechniques et économiques.

D’après le Livre Blanc céréales

, février 2022

A lire aussi en Céréales

Qu’en est-il de la révision des substances actives en céréales?

Céréales Les produits de protection des plantes (PPP) sont composés d’une ou de plusieurs substances actives qui définissent le spectre d’efficacité de chaque produit. Avant de pouvoir être incluse au sein de produits formulés, chaque substance active doit être homologuée au niveau des autorités européennes.
Voir plus d'articles