Accueil Voix de la terre

Desseins d’enfants

Dans nos communes rurales, vastes par la surface qu’elles couvrent, mais toutes petites par leur nombre d’habitants, les écoles maternelles et primaires ont gardé un caractère familial, intégré dans le cadre de vie des enfants. Pas mal d’activités « vertes » sont organisées, du style : verger et potager didactiques, plantations d’arbres en forêt, balades et leçons de choses dans la campagne, visites en fermes… Les élèves ont l’occasion d’observer les activités agricoles en direct, et de se forger leur propre opinion sur notre métier. Comment sommes-nous perçus par nos chères petites têtes blondes ?

Temps de lecture : 4 min

« La vérité sort de la bouche des enfants ! ». En l’occurrence, leur mode d’expression le plus parlant n’est autre que le dessin, m’a affirmé une institutrice primaire d’âge mûr. Elle m’a montré diverses « œuvres d’art », maladroites et naïves, mais ô combien instructives. L’école où elle enseigne est située le long d’une route empruntée régulièrement par le charroi agricole, avec une exploitation laitière située à environ 200 mètres. Ses petits protégés sont fascinés par le passage des bennes de maïs ensilé, des tracteurs agricoles attelés de toutes sortes d’engin. Ils se dressent sur le muret, s’accrochent aux grilles et profitent du spectacle lors des récréations. Ils ont visité dernièrement la ferme laitière, et parlé longuement avec l’agricultrice. Comme exercice pratique à l’école, ils devaient répondre à trois questions. Comment voyez-vous le métier d’agriculteur d’aujourd’hui ? Comment sera une ferme de demain ? Que deviendrait la campagne s’il n’y avait plus d’agriculteurs ?

Pour répondre, ils pouvaient écrire quelques lignes, ou tout simplement réaliser de petits dessins. La plupart des enfants ont choisi de dessiner ; c’est beaucoup plus amusant ! Leurs croquis expriment en toute franchise leur vision, comment ils décryptent les images que nous renvoyons, avec l’innocence de leur regard d’enfant et la fraîcheur de leur imagination. L’institutrice organise chaque année ce petit exercice de style, et les dessins ont évolué avec le temps.

Elle m’a montré ses plus beaux exemplaires. Voici une quinzaine d’années, l’agriculteur était représenté chaussé de bottes démesurées, une fourche à la main ; il avait une barbe de plusieurs jours et les cheveux hirsutes. Aujourd’hui, on remarque surtout son tracteur, coloré et massif, sur lequel il est juché tout en haut ; le fermier paraît tout petit, on ne voit plus que sa tête derrière la vitre de la cabine ! L’agricultrice est dessinée dans sa salle de traite, avec un tank à lait gigantesque, et une sorte de bureau où reposent un ordinateur et une pile de cahiers ou de livres ; elle porte une jupe ; elle a de longs cheveux rouges et des lunettes rondes. Le dessin le plus ancien la montrait occupée à abreuver ses veaux, habillée d’une salopette, avec une fois encore des bottes excessivement grandes.

Les plus drôles sont les représentations de la ferme du futur. Les élèves ont-ils été influencés par les commentaires de la fermière, lors de la visite ? Probablement… Elle leur a parlé des robots de traite, des tracteurs guidés par GPS. On voit une sorte de robot humanoïde traire les vaches dans la salle de traite ! Un tracteur avec une antenne parabolique, et un monsieur qui joue sur un petit écran, du genre smartphone, ou gameboy. Sur un dessin, un petit engin travaille tout seul dans un champ, dans des lignes de végétaux qui ressemblent à des ananas !

Les dessins les plus énigmatiques sont ceux de la troisième question. Comment sera la campagne quand il n’y aura plus d’agriculteurs ? Une petite fille a dessiné des champs de fleurs étalés sur toute la page, avec des animaux tachetés qui semblent être des faons. Bambi a toujours beaucoup de succès ! Un petit garçon a dessiné des maisons partout, avec des avions dans le ciel ; on peut voir des panneaux photovoltaïques (à moins qu’il ne s’agisse de toits ?), ainsi qu’une toute petite prairie avec un cheval. Un autre gribouillis évoque plutôt une sorte de jungle verte et bleue, surmontée de nuages gris et d’un soleil énorme et orange, avec des rayons jaunes.

Comment interpréter tous ces dessins, les desseins de nos enfants quant à l’avenir de l’agriculture ? Chacun aura sa propre lecture…

A lire aussi en Voix de la terre

Noël au balcon, PAC au tison

Voix de la terre Les syndicats agricoles wallons ont passé les semaines qui ont suivi Noël au balcon, confortablement installés et curieux d’observer les agriculteurs européens se placer en ordre de marche pour crier au monde les graves difficultés qui les accablent. Polonais, Roumains, Allemands, Français… : chaque nation y allait de ses revendications personnelles. Fin janvier, nos confrères d’Outre-Quiévrain ont multiplié les appels du pied aux « Bèljeus » , pour qu’ils rejoignent le vaste mouvement de révolte paysanne. Les jeunes de la FJA, titillés dans leur amour-propre, ont répondu tout d’abord timidement, puis se sont piqués au jeu, retournant à la française les plaques des agglomérations, puis sortant enfin les tracteurs pour descendre dans les rues et monter sur les autoroutes.
Voir plus d'articles