Végétarisme, végétalisme et véganisme: douce illusion ou hypocrisie?

«Avant de gagner quelques pour cent en touchant à l’équilibre de notre alimentation et de notre  agriculture, qui sont l’essence  première de la vie, ne devrions-nous pas commencer par nous interroger sur tous les artifices que l’Homme a créés ? Quelle logique y a-t-il à  se donner bonne conscience en arrêtant de manger de la viande, alors que, chaque jour, les avions  et les voitures sont plus nombreux  à brûler du carburant ?»
«Avant de gagner quelques pour cent en touchant à l’équilibre de notre alimentation et de notre agriculture, qui sont l’essence première de la vie, ne devrions-nous pas commencer par nous interroger sur tous les artifices que l’Homme a créés ? Quelle logique y a-t-il à se donner bonne conscience en arrêtant de manger de la viande, alors que, chaque jour, les avions et les voitures sont plus nombreux à brûler du carburant ?»

Avouons-le d’emblée, je suis omnivore. Pas viandard, pas charognard. Omnivore. Ce qui veut dire que je mange de tout, donc aussi des plats végétariens ou végans quand l’occasion se présente. Oh bien sûr, il m’arrive de taquiner mes camarades végétariens, mais c’est toujours bon enfant et pas plus méchant que d’asticoter le supporter d’un club adverse après une défaite....

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct