Message de modération écologique

Message de modération écologique

Mon arbre est triste et mon cheval aussi.

Il s’agit d’un saule pleureur qui balance ses pendentifs à ma fenêtre au moindre vent dormant.

Vingt à l’heure pour un déplacement d’air, qu’est-ce pour lui autre chose qu’une berceuse à la respiration inoffensive.

Mon cheval lui, rigole de ce déplacement d’air quand sa crinière s’amuse de cette tempête réinventée qui lui caresse l’encolure.

De plus, quand pourra-t-il courir si on lui...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct